Lycéens au cinéma publié le 04/03/2013  - mis à jour le 06/04/2013

Les CAP au cinéma

Cette année, les classes de première année CAP sont inscrites dans le dispositif « Lycéens et apprentis au cinéma ». Nous allons voir trois films au Gallia, à Saintes, gratuitement. En effet, nos places sont payées par le Conseil Régional et l’EREA. En classe, nous travaillons sur les films, avant et après la projection, pour mieux maîtriser le langage cinématographique. (Jérémy E.)

Au premier trimestre, nous avons vu French cancan, de Jean Renoir et le 8 Février, c’était Fish tank, d’Andrea Arnold, une réalisatrice britannique. (Jérémy E.) Au troisième trimestre, nous assisterons à la projection de Raging Bull, de Martin Scorcese.

Fish tank signifie « aquarium » (Anthony B.) et raconte l’histoire d’une ado mal dans sa peau, Mia, qui vit dans une cité de banlieue. Elle vit avec sa mère, sa petite sœur et son chien. (Julien P.) Sa mère est très jeune, immature et très violente. Mia est jouée par Katie Jarvis, dont c’est le premier rôle. (Kévin B.)

Mia est rebelle, peu féminine, souvent agressive et va essayer d’échapper à son milieu en faisant du hip hop. (Kévin B.)
Nous avons adoré cette histoire car l’héroïne a notre âge, nous pouvions comprendre qu’elle se rebelle, qu’elle soit en opposition avec sa mère. (Anthony B.)

Nous avons bien aimé aussi les moments où elle danse car le hip hop est une musique que nous connaissons, qui est de notre génération.
Nous avons beaucoup aimé son parcours, Mia est courageuse, volontaire, elle a du caractère même si elle n’agit pas toujours bien. Elle est capable d’amour puisqu’elle tombe amoureuse de Connor, l’amant de sa mère, (Julien P.) elle aime sa petite sœur même si elle ne sait pas le montrer, et à la fin, elle se rapproche de sa mère en partageant sa musique, dans un beau moment de complicité et de partage. (Jérémy E.)

Les sous-titres nous ont un peu dérangés. En effet, le film est en VO et beaucoup d’entre nous ont eu des difficultés pour lire les dialogues.
Certains n’ont pas aimé la violence de quelques passages, en particulier la violence verbale de Mia. (Anthony B.)

De plus, la fin nous a surpris, elle arrive trop brutalement. On ne voit pas vraiment Mia partir et surtout, c’est une fin ouverte qui ne nous dit pas ce que l’héroïne devient par la suite (Anthony B.). C’est volontaire de la part de la réalisatrice mais assez frustrant pour le spectateur qui ne peut que faire des hypothèses. On est loin du film catastrophe ou d’action, Fish tank est un film sur l’adolescence, sur les sentiments .

Impression

  Imprimer
  L'article au format pdf

Auteur

 Françoise M

Partager

     

Dans la même rubrique

 Mustang
 Le premier film 2017/2018
 Lycéens au cinéma