Sonorama, "conférence concert" publié le 03/12/2018

La conférence a commencé par un concert de DJ MOULE !

djmo-promo01bassdef
img_20181203_1417011

Aujourd’hui, notre oreille est constamment sollicitée de façon :

  • passive : nous subissons le son (dans la rue, les magasins, à l’école, chez nous ...)
  • active : nous recherchons le son (au cinéma, lors d’un concert, en écoutant de la musique, ...)

Un peu d’histoire sur l’écoute :
Avant, on se déplaçait pour aller assister à un spectacle, puis il y a eu la radio (1920), le vinyle (1948), les cassettes (1963 : on pouvait recopier le son !), le baladeur (1979 : on pouvait écouter de la musique en se déplaçant), le CD (1988 : meilleure qualité du son) et le mp3 (1995 : plus de stockage : la durée d’exposition n’a jamais été aussi longue !).

A chaque fois, qu’il y a eu naissance d’un instrument, il y a eu naissance d’un nouveau style musical, d’un nouveau mode de diffusion et d’un nouveau système de sonorisation. C’est ainsi qu’on a vu apparaître :
 la batterie (3 instruments assemblés pour un même musicien : 1930)
 la guitare électrique (avec l’amplificateur : 1932)
...
et donc la naissance du rock’n roll(1950), du funk(1960), de la pop music (1965-1970 : on joue dans des stades mais la sonorisation n’est pas la meilleure selon la place que l’on occupe), et donc, petit à petit, les ingénieurs du son vont expérimenter et améliorer la qualité de l’écoute avec notamment les enceintes en grappes (début des années 2000) qui permettent d’entendre la même qualité de son en tout point de l’auditoire.

Dans les années 1970, apparaissent aussi les synthétiseurs (c’est l’époque du disco et des boîtes de nuit où l’écoute est longue et pas toujours bien adaptée) puis de la boîte à rythme !
Dans les années 1980, c’est le hip-hop avec des bruits ou sons enregistrés qu’on réinjecte dans des compositions musicales.
Enfin, à partir des années 1990, tout le monde peut produire de la musique grâce à un ordinateur : c’est le début aussi des "rave-party" où l’on écoute pendant une durée très longue (tout un week-end) de la musique à très fort volume sonore ...

img_20181203_1419241-2

L’animateur a ensuite expliqué ce qu’était un son d’un point de vue physique : c’est une onde qui se propage dans l’air entre un émetteur et un récepteur. Il est caractérisé par 2 grandeurs physiques :

  • la fréquence en hertz qui permet de savoir si le son est grave ou aigu
  • le volume sonore en décibel

Tous les 3 dB, le volume sonore double d’où le danger !!! " Ce n’est pas parce que c’est fort que c’est bien !"

echelle-de-decibels

Il faut donc se protéger car chaque perte de fréquence est irréversible et peut avoir des conséquences sur la vie sociale (hyperacousie, perte d’intelligibilité, acouphènes) : aujourd’hui, et c’est assez récent, on estime que 37 % des 15-19 ans ont déjà subi des troubles auditifs !

Pour se protéger, il faut s’éloigner du bruit, porter des bouchons, faire des temps de pause pour reposer notre oreille, ne pas s’endormir avec des écouteurs sur les oreilles ...

img_20181203_1417071

Impression

  Imprimer
  L'article au format pdf

Auteur

 Nadine TROCHAIN

Partager

     

Dans la même rubrique

 Initiation au Judo et au Jujitsu
 Sonorama, "conférence concert"
 Hello, Hallo, Hola
 EPI anglais espagnol 5èmes
 Souvenirs de la Fête du Collège