Rencontre d’auteurs à Cognac

publié le 12/12/2014,
par  Sophie BALLON

Après avoir visité l’entreprise SDV à côté de Cognac, nous avons participé à la rencontre d’auteur organisée par Littératures européennes jeudi 20 novembre.

La sélection comportait 3 livres à lire en deux mois et demi.

Le premier livre « L’Argent a été livré sur votre compte » de Dimitris Sotakis parle d’un homme qui pour gagner beaucoup d’argent, accepte qu’une entreprise entrepose des objets, des meubles dans son appartement.

Le deuxième livre « Kinderzimmer » de Valentine Goby parle d’une jeune femme enceinte qui est dans un camp de concentration Ravensbrück. Elle donne naissance à un bébé et les autres femmes l’aident pour sauver son bébé et le protéger.

Le troisième livre « La Petite communiste qui ne souriait jamais » de Lola Lafon parle d’une gymnaste roumaine qui s’appelle Nadia Comaneci et qui a gagné les JO en 1976.

 

Neuf lycées ont participé à ce concours et à la rencontre, la salle des Congrès « La Salamandre » à Cognac était pleine. Sur l’estrade il y avait Gérard Meudal, journaliste, les trois auteurs, deux lycéens et l’interprète de Dimitris Sotakis qui ne parle pas français.

les_auteurs

  • Interview de Dimitris Sotakis :
Sotakis

Dimitris Sotakis, auteur grec et enseignant de chinois.

Il est Athénien (Grèce). Il nous a dit que chaque lecteur peut avoir un point de vue différent de chaque livre. Ce livre est philosophique. Ce qui compte c’est la symbolique de l’histoire.


 

« Où va ce véhicule qu’est notre vie ? »

 

C’est-à-dire, comment on gère notre vie ? Quelles en sont les priorités ?

 
Le sens de ce livre est que l’argent ne fait pas le bonheur, c’est de nous que le bonheur dépend . Il faut prendre sa vie en main pour aller de l’avant, contrairement au personnage du roman qui a trouvé une fausse bonne solution en gagnant beaucoup d’argent, et en renonçant à sa liberté, à son espace vital.

 

  • Interview de Valentine Goby :

Elle est née en Grasse (France). Elle s’interroge : « Que peut l’écrivain par rapport au témoin ? »

Valentine Goby

Valentine Goby

 

« Ce n’est pas le réel qui m’intéresse, c’est la vérité. »


 
Elle donne un exemple : un témoin de 90 ans peut dire qu’il descend du train pour aller à ravensbrück, alors qu’à 17 ans il ne sait pas où il va.

Valentine Goby a lu beaucoup de témoignages, dont celui de Germaine Tillion. Très peu de témoignages parlent de la Kinderzimmer.
Valentine Goby voulait raconter une histoire sur les Kinderzimmer car c’était une forme de résistance magnifique.Ce ne sont pas les mères qui sauvaient les enfants, mais plutôt les enfants qui sauvaient les mères. Ce qui compte c’est de sauver l’idée de naissance dans un lieu où c’est interdit. L’héroïsme, c’était une œuvre collective, cela passait par la récupération de bouts de tissus, de gants, etc… pour les bébés.


Valentine Goby a gagné le prix Jean Monnet des Jeunes Européens.

 

  • Interview de Lola Lafon :
Lola Lafon

Lola Lafon

Elle est née en Roumanie. Elle n’a pas souhaité rencontrer Nadia Comaneci pour ne pas rentrer dans sa vie privée. Elle parle d’une fille qui traverse le système communiste puis le système libéral. Les deux système l’exploitent

 

« L’Europe riche regardait l’Europe pauvre »

 
Au-delà des histoires de gymnastique et de politique , le livre parle du regard des sociétés sur le corps des femmes.
Pour Lola Lafon, la danse c’est un vocabulaire, un langage, c’est énormément de travail pour des choses infimes, c’est proche de l’écriture.

 
Notre avis : Nous étions sûres que Valentine Goby allait gagner parce que son livre était plus émouvant que celui des autres. Pour la rencontre, nous avons trouvé les discours un peu longs, par contre nous avons aimé la séance de dédicaces.


Portfolio

Valentine Goby et Lola Lafon Valentine Goby

Liens incontournables