Les 5 ans de la classe média dans la Nouvelle République et sur le site du CLEMI publié le 17/01/2014  - mis à jour le 20/01/2014

La classe média a fêté ses 5 ans hier. La Nouvelle République, notre partenaire pour la 6ème année, le rapporte dans ses colonnes.

http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Communes/Niort/n/Contenus/Articles/2014/01/17/La-belle-aventure-d-une-classe-medias-a-Niort-1761084

Le CLEMI y fait également référence sur son site.

http://ww2.ac-poitiers.fr/clemi/spip.php?article312

Merci à tous ceux qui ont participé à cet évènement.
Une exposition sur les différents projets se trouve en salle de réunion.

Avec en bonus le petit mot envoyé par Anne De Bois qui nous a accompagnés depuis 5 ans avec le CLEMI :

"J’ai vu la classe média grandir, se construire au fil des années, abandonnant certains objectifs, en faisant naître d’autres et je suis vraiment très heureuse de la voir aujourd’hui épanouie !
L’esprit de départ est le même ; voici ce que nous avions envie de développer : éveiller la curiosité des jeunes pour le monde qui les entoure, proche ou plus lointain, leur faire prendre conscience du fonctionnement des médias, écrits et audiovisuels, des choix nécessaires et de l’écriture des informations, leur donner de vraies raisons de communiquer au-delà de leur cercle d’amis, leur laisser un espace d’expression important. Le partenariat avec la Nouvelle République, sans lequel il aurait manqué tout un pan des activités et de la motivation, est toujours fort et j’en suis très contente.

Et puis je crois savoir que cette classe média est aujourd’hui une "marque" du collège Gérard Philipe, qui en a d’autres bien sûr, mais qui a permis aussi à cet esprit d’appartenance à un établissement d’exister chez les élèves et les enseignants. Bref, elle a largement dépassé nos attentes initiales !

Je souhaite remercier très vivement les enseignants qui se sont lancés avec conviction, et sans ménager leur travail, dans cette aventure, ainsi que l’équipe de direction qui a su soutenir, développer et valoriser cette expérience : sans eux, rien n’aurait été possible. Je n’oublie pas non plus la Nouvelle République, qui a fait confiance aux enseignants et aux élèves et a su donner leur place aux articles traités par les "jeunes reporters".

J’espère de tout cœur que cette classe vivra encore longtemps !"