Témoignage en 3è à l'occasion du 75ème anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz. publié le 04/02/2020

auschwitz-627905_640

Entrée du camp de concentration d’Auschwitz (« le travail rend libre ») (source : https://pixabay.com/)

Le 27 janvier 2020, « journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité », mais aussi date symbolique qui commémorait le 75ème anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau, les élèves de 3è3 et 3è4 du Collège Jean Guiton ont eu la chance de rencontrer Mr Marcel Lévy (1).
Mr Lévy est venu leur raconter comment, à 10 ans, il a échappé de justesse à une rafle et comment il a vécu l’arrestation et le départ de plusieurs membres de sa famille proche vers Auschwitz, d’où ils ne sont jamais revenus. Durant son témoignage, il a également évoqué les difficultés de la vie des civils français sous l’Occupation allemande, la Libération ainsi que « les marches de la mort » avec la lecture de témoignages de Charentais-Maritimes qui les ont vécues.
Les échanges avec les élèves ont aussi été l’occasion de transmettre un message de tolérance.
« Il nous a sensibilisés sur les erreurs du passé » (Jules, Clara), « pour qu’un tel génocide ne se reproduise pas » (Louêna, Karla)
Suite à cette intervention, nous avons pu débattre en cours de l’importance et de la place du témoignage en Histoire.

Les élèves des deux classes, se sont montrés très intéressés et sensibles au récit de Mr Lévy.
Beaucoup d’entre eux disent avoir été émus :
« surtout quand il a parlé de la mort de ses proches » (Capucine)
« quand il a parlé du départ de sa grand-mère et de son cousin » (Mathéo, Livia, Manon)
« quand il a dit que sa mère a toujours cru que sa propre mère (la grand-mère de Mr Lévy) allait revenir » (Noa, Marine et Tanguy)
ou « quand il a parlé des marches de la mort » (Gabriel et Killian).
« Il se souvenait de beaucoup de détails alors que cela s’est passé quand il était très jeune » (Amaïa)
« Je ne comprends pas comment des hommes ont pu infliger cela à d’autres êtres humains » (Loup)

Pour presque tous, cela a été un complément du cours d’Histoire avec « quelques différences parfois » (Margaux, Nathéo)
« en cours on voit ce qui s’est passé en général, alors que là on a pu voir comment une personne l’avait vécu » (Inès),
« il a raconté avec le point de vue d’un enfant » (Robinson),
« en cours le professeur explique, là c’est une personne qui l’a vraiment vécu » (Léona, Lou-Emmanuelle),
« il y a plus de détails qu’en cours » (Mara, Soraya, Lucie), « plus d’émotions » (Loïc), « on a eu plus d’explications, de précisions » (Lison, Amélia, Héléna), « on retient mieux » (Thylane),

Marie-F Villain, Professeur d’Histoire-Géographie.

(1) Après avoir été professeur d’Allemand et chef d’établissement, Mr Marcel Lévy est aujourd’hui vice-président départemental de l’association « Les Amis de la Fondation pour la Mémoire et la Déportation » (AFMD) et président du « musée de l’école » de Vergné (Charente-Maritime).

Impression

  Imprimer
  L'article au format pdf

Auteur

 Documentaliste

Partager

     

Dans la même rubrique

 Témoignage en 3è à l'occasion du 75ème anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz.