Sortie au Palais de la Découverte et à l'Assemblée Nationale (1MEI et 1ELEEC) publié le 15/05/2015

Le 20 février 2015, les deux classes de Première (1MEI et 1ELEEC) ont effectué une visite au Palais de la Découverte et une visite à l’Assemblée Nationale, à Paris.

L’humeur était plutôt joyeuse et bon enfant, même si le temps, pluvieux et froid, n’a pas permis de déambuler dans les beaux quartiers de Paris, comme nous l’avions prévu initialement.

Le pique-nique de midi a donc et lieu dans le hall du Palais de la Découverte, situé dans le 8ème arrondissement, proche de la Concorde, de l’Arc de triomphe, en face des invalides et de l’Assemblée Nationale.

photo0

Lors de cette visite, les élèves ont découvert des parcours surprenants au cœur de la physique, de la chimie, des mathématiques et des sciences en général. Ils ont écouté des mini-conférences, assisté à des expériences et ont testé eux-mêmes certaines de leurs capacités en optique, électricité on encore en astronomie.

photo1

En milieu d’après-midi, nous avons traversé le pont Alexandre III pour nous rendre à l’Assemblée Nationale. Nous avons été accueillis par les hommes en armes qui assurent la sécurité de l’édifice et nous avons dû présenter nos cartes d’identité pour être admis à passer les contrôles de sécurité (portique de sécurité et contrôle des bagages à main). Certains élèves négligents, qui avaient oublié leur carte d’identité malgré les nombreux rappels des enseignants, se sont vus refuser l’entrée à l’Assemblée.

Pour les autres, la visite a débuté par un rappel des leçons d’Education Civiques vues en cours : les 577 députés, qui siègent à l’Assemblée Nationale, sont élus au suffrage universel direct, pour cinq ans. L’Assemblée a en charge trois missions principales :

 élaborer et voter les lois,
 contrôler l’action du gouvernement,
 et évaluer les politiques publiques.

Avec le Sénat, l’Assemblée Nationale constitue le Parlement français. Ces deux organes partagent ainsi le pouvoir législatif.

Ce rappel étant fait, la visite a débuté par la majestueuse Galerie des Fêtes. Cette grande salle a été aménagée en 1845 dans un décor inspiré de la Renaissance.

photo3

Avec cette alternance de grandes ouvertures cintrées et de pilastres, la composition de cet espace rappelle la célèbre Galerie des Glaces du château de Versailles. Les peintures allégoriques qui ponctuent les côtés de la voûte sont attribuées à Pierre-Joseph Heim. Elles développent les thèmes de l’industrie, du commerce, de l’agriculture, de la justice et des arts. Sur la gauche, la Galerie des Fêtes s’ouvre sur la Galerie des Tapisseries. Cette salle a été aménagée en 1860 quand le Duc de Morny, demi-frère de Napoléon III, présidait l’Assemblée. Elle abritait à l’origine sa collection de peintures. Dispersée en 1865, cette collection a été remplacée par un ensemble unique de neuf tapisseries tissées par les manufactures des Gobelins et de Beauvais et datées des années 1785.

Nous avons emprunté ensuite la salle des Pas Perdus. Cette pièce monumentale mesure 20 mètres de long et 11 mètres de large. C’est un endroit symbolique et solennel. Avant chaque séance de l’après-midi, la salle est traversée par le Président de l’Assemblée, entouré d’une double haie d’honneur de Gardes Républicains l’accueillant au son des tambours. Ce cérémonial, dont l’origine remonte à la Révolution, est encore en œuvre aujourd’hui. Même si la présence de la garde est symbolique, elle reste importante, car l’armée se doit de protéger la République.

photo4

Pour entrer dans la salle des Séances, nous avons dû nous dépouiller de nos téléphones portables afin de ne pas troubler les débats qui s’y déroulaient.

C’est dans cet hémicycle que siègent les 577 députés. Cette pièce doit sa configuration au Conseil des Cinq-cents qui s’y est installé en 1798. L’Hémicycle fut agrandi au XIXe siècle par Jules de Joly.

Tous les députés disposent d’un siège à leur nom et sont placés en fonction de leur appartenance politique. Chaque député a la faculté de s’inscrire ou de s’apparenter à un groupe politique au sein duquel il peut plus facilement exercer ses missions comme, par exemple, déposer des propositions de loi, amender les projets du gouvernement, contrôler et questionner l’exécutif. L’appartenance à un groupe parlementaire permet aussi de bénéficier plus facilement d’un temps de parole pour s’exprimer en séance publique.

photo5

La répartition des sièges entre les groupes est effectuée en début de législature, au cours d’une réunion dirigée par le Président de l’Assemblée (actuellement Claude Bartolone). Traditionnellement, plus un député est ancien, plus il siège vers le bas de l’Hémicycle. Inscrit dans l’air du temps, chaque député dispose désormais, à sa place, d’une connexion Internet.

Lors de notre visite, c’était Mme Lebranchu, la Ministre de la Décentralisation et de la Fonction Publique, qui défendait, dans l’Hémicycle, une loi relative à l’occupation des sols. Si nous avons été impressionnés par la solennité des lieux et le sérieux des échanges, nous avons également été surpris par l’agitation et les bavardages qui régnaient sur place.

La salle des Conférences est spacieuse et confortable. Elle permet aux députés de s’installer afin de rédiger leur courrier ou lire des messages qui leur sont destinés. Le meuble à casiers sur la droite permet aux huissiers de déposer des messages pour les députés. A l’Assemblée Nationale, on l’appelle le « Piano ». A l’heure d’Internet, il a perdu de son attrait, mais pas de son charme. La largeur des confortables canapés en velours vert permettait à chaque député de lire un journal ouvert sans gêner son voisin.

photo6

La bibliothèque est réservée aux députés, à leurs collaborateurs, aux fonctionnaires de l’Assemblée et, sur autorisation, aux chercheurs. Elle est équipée de tous les moyens de recherches modernes, et notamment de nombreuses bases de données informatiques.

Au-delà de ses collections, le prestige de ce lieu vient en partie de ses plafonds entièrement peints par Eugène Delacroix entre 1838 et 1847.

De nos jours, la bibliothèque possède 700 000 volumes et de nombreux ouvrages rares. Hormis des manuscrits d’articles ou des discours signés de grands hommes comme Victor Hugo, Lamartine, Clémenceau ou Jaurès, elle conserve, par exemple, la Marseillaise écrite de la main de Rouget de Lisle, ou un projet de Constitution annoté par Robespierre.

photo7

La visite s’est achevée par la distribution de petits fascicules retraçant l’histoire de cette ancienne demeure aristocratique, le Palais Bourbon, devenue le siège de l’Assemblée Nationale en 1798, et d’une petite BD qui raconte l’histoire d’une loi et nous rappelle le lexique parlementaire de base.

Nous tenons à remercier Madame la députée Véronique Massonneau de nous avoir permis de faire cette visite très instructive et très intéressante. Nous attendons avec impatience sa venue dans notre lycée afin qu’elle nous présente sa fonction de députée.

Les élèves de 1MEI et 1ELEEC et les enseignants accompagnateurs.

(source pour les photos de l’Assemblée Nationale : http://www.assembleenationale.fr/in...)