Accueil Culture Programme...
Accueil Culture Programme...

Programme de Novembre - Cinéma Huit et Demi publié le 04/11/2014

Jeudi 6 novembre à 20h30
leviathan

LEVIATHAN de Andrei Zviaguintsev
(Russie - 2014 - 2h21) avec Alexei Serebriakov,Elena Liadova,Vladimir Vdovitchenkov…..

Prix du scénario Festival de Cannes 2014
Olia habite une petite ville au bord de la mer de Barents, au nord de la Russie. Il tient un garage qui jouxte la maison où il vit avec sa jeune femme Lylia et son fils Roma qu’il a eu d’un précédent mariage.
Vadim Cheleviat, le Maire de la ville, souhaite s’approprier le terrain de Kolia, sa maison et son garage. Il a des projets. Il tente d’abord de l’acheter mais Kolia ne peut pas supporter l’idée de perdre tout ce qu’il possède, non seulement le terrain mais aussi la beauté qui l’entoure depuis sa naissance. Alors Vadim Cheleviat devient plus agressif...

Le cinéaste concocte une œuvre majeure du cinéma contemporain, à l’instar d’un Orson Welles en son temps. Une fresque épique sur un destin emblématique de notre époque. Culturebox - France Télévisions.

Film supérieurement intelligent, parfois très drôle – ce qui est nouveau –, magnifiquement filmé et interprété, "Léviathan" offre une richesse inouïe de thèmes de réflexion. Du grand, très grand cinéma. La Croix

********************

Jeudi 13 novembre à 20h30

locke

LOCKE de Steven Knight
(Grande- Bretagne- 2014-1h30) avec Tom Hardy, Ruth Wilson, Olivia Coleman...

Prix du British Independent Film Award 2013 du meilleur scénario

Un psychodrame magnifiquement interprété . Pendant un déplacement en voiture , la vie d’un homme menace de s’effondrer, impossible de revenir en arrière. Ivan Locke a tout pour être heureux : une famille unie, un job de rêve… Mais la veille de ce qui devrait être le couronnement de sa carrière, un coup de téléphone fait tout basculer…Commence alors pour Ivan Locke une course conter le temps. Au volant de sa voiture ,il passe des coups de fil pour tenter de sauver sa vie de l’effondrement.

"Ce huis clos tient étonnamment bien la route notamment grâce à la performance brillante d’un acteur qui est de presque tous les plans." 20 Minutes
‘"Un des thrillers les plus excitants de l’année" (the Telegraph)
"Une prouesse de scénario ou de mise en scène, atteint une espèce de nécessité dramatique où un homme, alors que tout semble lui échapper, joue sa vie dans le respect de lui-même." Positif

********************

Jeudi 20 novembre à 18h et 20h30
Apéritif et petits salés entre les deux films !
Soirée Natalie Wood

la_fureur_de_vivre

La fureur de vivre de Nicholas Ray
(USA- 1956- 1h51) avec Natalie Wood, James Dean, Sal Mineo, Dennis Hopper (dans son premier rôle)……

Jim Stark est le petit nouveau au lycée. Un jeune homme accablé de problèmes familiaux et brimé par ses camarades mais qui n’aspire qu’à se faire une place parmi ses camarades. Entraîné malgré lui dans un défi de vitesse face à Buzz, chef d’un groupe un peu rebelle, ce dernier y perdra la vie. Suite à ce drame, Jim est entraîné dans une spirale de violence.

"La mise en scène de "La fureur de vivre" est d’une qualité exceptionnelle. Voilà un film qui est un film. Un vrai." Le Monde
"Un chef-d’oeuvre intemporel et universel qui parle d’amour, d’amitié, de rébellion face à l’ordre établi, et d’idéalisme". (aVoir-aLire .com)
"Son rythme est celui du cœur : détendu et crispé, inquiet et confiant. Nicholas Ray est le cinéma comme Bach est la musique. Cahiers du cinéma"

ET

propriete_interdite

Propriété interdite de Sydney Pollack
d’après une pièce de Tennessee Williams
(USA-1966-1h50) avec Natalie Wood, Robert Redford, Charles Bronson….

Pendant la crise économique des années 30, un agent des chemins de fer, Owen Legate, est envoyé à Dodson, petite bourgade du Mississipi, avec pour mission de fermer une large partie des activités ferroviaires (la principale source de revenus de la ville), et de licencier du personnel. Il rencontre Alva Starr, jeune fille perdue et principal attrait de Dodson, et entame avec elle une relation amoureuse. Les deux amants devront alors échapper aux griffes de Hazel, la mère d’Alva, et au désir de vengeance des habitants.

Oeuvre romanesque et sociale remarquable à plus d’un titre, "This Property is Condemned" fait parti des plus belles réussites du regretté Sydney Pollack. C’est au milieu des sixties que Pollack signe cette adaptation flamboyante d’une pièce de Tennessee Williams, romance interdite dans le Mississippi de la Grande dépression ! On reconnait parfois, dans le déséquilibre de la sublime Natalie Wood et de l’ambigüité du séduisant Robert Redford, l’écho des liens entre cette même Natalie Wood et Warren Beatty dans "Splendor in the Grass" d’Elia Kazan ! Dans ce magnifique mélodrame, la renversante beauté des deux stars hollywoodiennes s’y teinte de fatalisme où le technicolor magnifie en permanence leur visage ! La vie y apparaît dur sur fond de misère et de chômage ; la douceur, la sensualité et le côté sauvage de Alva sont en accord avec le mouvement du monde, telle une éternelle adolescente intense de coquetterie, de fragilité et de fièvre, tout en faisant semblant de s’en moquer ! Elle demande qu’on l’aime mais malheureusement le spectateur assiste à la tragédie qu’elle a elle-même mise en scène ! De plus, la menace n’est jamais absente : le renoncement de l’agent des chemins de fer chargé du licenciement est le deuil d’un temps qui ne serait revenir sur les rails d’un chemin de fer ! La mort est au bout du chemin et l’amour romantique, tant espéré à la Nouvelle-Orléans, se révèle d’un pessimisme noir ! D’une folie tragique, c’est le premier grand film lyrique de Pollack qui marque la première collaboration entre le réalisateur et Redford, un de ces fleurons du mélodrame américain tout en teintes très chaudes et en désillusions...( Chris Chambers)

********************

Jeudi 27 novembre à 20h30

sidd

Siddharth de Richie Mehta
(Inde-2014-1h36) avec Tannishtha Catterje, Rajesh Tailang, Anurag Arora…..

En envoyant Siddharth, son fils de 12 ans, travailler à Mumbaï, Mahendra son père, un maroquinier ambulant, est soulagé fiancièrement. Mais quand Siddharth ne rentre pas comme prévu, Mahendra apprend qu’il a pu être enlevé par des trafiquants d’enfants. Sans le sou et aucun réseau de connaissances, il voyage à travers l’Inde à la recherche de son enfant, avec l’espoir qu’il lui reviendra sain et sauf.

Ce thriller intime, immersif et sociopolitique, sans effets toc, nous plonge en plein tumulte, (...). Surtout, il nous bluffe jusqu’à sa conclusion, forte, concise, émouvante. TF1 News

Il faut absolument voir ce film ! En France aussi des enfants disparaissent, mais le contexte social est (pour l’instant encore) différent de celui de l’Inde, qu’aucun voyage touristique ne vous donnera à voir de cette façon-là. C’est un film bouleversant, les protagonistes sont d’une profonde humanité, les images sont superbes et l’histoire est haletante, même si on pressent qu’il n’y aura pas de miracle. Ce film mériterait une très large distribution et un public immense.( Jean-Claude L)

http://www.huit-et-demi.fr/