Sortie théâtrale, lundi 23/03/2015, classe de 3°C publié le 02/04/2015

Le lundi 23 mars 2015 , tous les élèves de troisième du collège ainsi que certains de leurs professeurs se sont rendus à la salle des fêtes de Vouneuil-sur-Vienne afin d’assister à la représentation de la pièce Antigone, interprétée par la troupe « Le Théâtre de l’Imprévu » , dans le cadre de leur programme de Français.
La pièce : cette œuvre de J.Anouilh (inspiré de Sophocle, auteur grec de l’Antiquité) relate l’histoire de Jocaste, la mère d’Antigone qui s’est suicidée ; de son père, Œdipe, qui s’exile et se crève les yeux ; de ses frères Etéocle et Polynice qui se sont entretués pour le trône et de son oncle, Créon, devenu roi, qui est obligé de gouverner. Au moment où l’intrigue débute, celui-ci a offert à Etéocle d’imposantes funérailles mais a laissé l’autre, Polynice, la mauvais fils, le « vaurien », sans sépulture, ainsi devenu la proie des corbeaux et autres bêtes sauvages. Antigone va alors, malgré les menaces de mort de son oncle, essayer d’enterrer son frère. Prise « la main dans le sac » et suite à une longue discussion avec son oncle, elle est condamnée à mort, entraînant avec elle Hémon, son fiancé et fils de Créon, ainsi qu’Eurydice, femme de ce dernier.
L’interprétation que nous avons vue était simplifiée ; il y avait moins de personnages que dans la pièce originale. A la fin de la représentation, nous avons eu un échange avec les comédiens autour d’un des thèmes principaux de la pièce : le bonheur. On a constaté qu’il était possible pour le spectateur de s’identifier à un des trois personnages suivants : Antigone elle-même, rebelle et prête à tout ; Créon, le « sage » qui se contente de « petits bonheurs » ; et le personnage du garde, sorte de « mouton » qui suit les ordres et s’en accommode. Les décors étaient très sobres, mettant ainsi davantage en valeur les personnages et l’aspect tragique de leur existence.
Dans l’ensemble, nous avons apprécié d’assister à une pièce de théâtre dont les personnages « survivent depuis l’Antiquité ». Même si le face à face Antigone/Créon a pu paraître un peu long, le débat qui a suivi était enrichissant.
{} {} {}