Projet Mieux-être au collège Anne Frank, 2013-2014. publié le 01/10/2013  - mis à jour le 23/06/2015

Le contexte international et académique.

Les études internationales montrent que de nombreux élèves français éprouvent stress et angoisse concernant leur école. Le lieu, les horaires, la vie sociale, les apprentissages, les évaluations, les examens sont autant de sources d’anxiété.

Le bien-être à l'école, rapport de l'UNICEF de 2013.


Un rapport de l’UNICEF d’avril 2013 présente le classement suivant pour le bien-être éducationnel des élèves dans les pays riches (les bâtons représentant l’écart à la moyenne) où l’on s’aperçoit que la France se situe ’seulement’ dans la moyenne des pays développés (et d’après le rapport, est en recul).
En savoir plus : le rapport complet de l’UNICEF.

"Pour conclure : Les attitudes des élèves envers l’école et leur performance en compréhension de l’écrit se renforcent mutuellement, tout comme leurs attitudes envers l’école et le climat d’apprentissage en classe. Cela signifie que, dans une certaine mesure, ce sont les attitudes des élèves eux-mêmes qui peuvent façonner leur expérience individuelle d’apprentissage.

Source OCDE, rapport PISA : ‘L’école, qu’en pensent les élèves ?’.

L’académie de Poitiers n’est pas en reste comme en témoigne ce court extrait du volet du projet académique intitulé : « Le bien-être à l’école et au travail ».

Capture1-2
Extrait du projet académique (P.16).

Notre ambition ? Développer la leur !

Tout élève se trouve confronté à un moment ou à un autre, à une situation d’inconfort physique et/ou d’inquiétude morale au collège ou en relation avec ce qui s’y passe.
Le projet a pour objectif de :

  • Permettre aux élèves de ressentir moins d’anxiété voire de colère au collège (dans et hors la classe) et dans les activités relatives à celui-ci (devoirs à la maison, travaux à effectuer, sorties, examens…).
  • Favoriser la connaissance de soi des élèves en tenant compte de leur personne dans leur globalité (esprit, émotions et corps), les faire cheminer vers l’acceptation de soi et d’autrui pour favoriser la bonne communication, développer la tolérance et le respect.
  • Renforcer la confiance en soi voire l’estime de soi pour permettre à l’élève de construire un projet d’orientation qui corresponde à ses capacités et ses compétences propres.

Pour ce faire, nous allons faire connaître aux élèves et leur faire pratiquer des méthodes simples et faciles à mettre en œuvre, d’apaisement du corps et de l’esprit. Ces méthodes sont empruntées au yoga, au tai chi, à la relaxation, à l’auto-massage, à la méthode Vittoz, à la sophrologie…
En possession d’une meilleure connaissance de leur fonctionnement physique et des processus mentaux qui conduisent à l’anxiété, les élèves se sentiront mieux et par là-même, leurs relations à autrui -enfants et adultes- s’en trouveront apaisées.
L’agitation mentale et physique étant la première ennemie de la concentration et de la disponibilité, la pratique de méthodes qui permettent de se recentrer, permettront aux élèves de mieux bénéficier des enseignements et d’y prendre une part plus active.
Notre objectif est donc une meilleure réussite scolaire pour des jeunes qui se connaîtront mieux, seront moins sensibles aux représentations stéréotypées et aux préjugés et par conséquent mieux à même de prendre la mesure et d’exploiter leur potentiel et leurs capacités en vue d’un parcours scolaire épanouissant.

Les acteurs du projet :

Côté élèves :

Tous les élèves (ainsi que les adultes) peuvent être confrontés à un moment ou un autre à une situation de ’mauvais’ stress, à un défaut d’estime de soi ou une difficulté à se concentrer. Or, tous ces éléments peuvent être générateurs de colère, quelle que soit la façon dont elle s’exprime.
Aussi, tous les élèves bénéficieront de ces activités dont ils pourront mettre en oeuvre les principes et les pratiques de façon individuelle, en dehors de la classe et du collège.
Vous le savez, les élèves ne font pas tous exactement la même chose au collège ou ne le font pas au même moment, ils ont un parcours qui leur est propre au fil des années. Cette individualisation des parcours est vraie également pour le projet mieux-être.

  • Tous les élèves auront au cours l’année dans les disciplines ou dans des activités transversales, l’occasion de découvrir tout ou partie des différents volets du projet mieux-être (voir disciplines et professeurs concernés ci-dessous).
  • Les élèves de 5ème et 4ème auront des séances de TPC (travail par compétences) dans le cadre du projet mieux-être (7 séances dans l’année avec Bernard Baudouin par groupe de 15 et 25 séances avec moi, par groupe de 7 ou 8).
  • Les élèves de 5ème B auront 6 séances d’une heure et demi avec la compagnie Toumback.

Côté adultes :

Je conduis le projet et le coordonne. N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez davantage d’informations.

Disciplines et professeurs impliqués dans le projet :

  • Julien Audger en éducation physique et sportive.
  • Adélaïde Baud en science de la vie et de la terre.
  • Muriel Lucot en histoire géographie et éducation civique.
  • Joan Magnier en mathématiques.
  • Marie-Hélène Prou en anglais.
  • Didier Roux en éducation musicale.
  • Françoise Tete en éducation physique et sportive.
  • Joan Magnier, Anne-Céline de Grandpré, Cécile Osouf et Sandrine Dairon en vie de classe (respectivement en 6ème, 4ème et 3ème).

Je tiens à la disposition des personnes qui le souhaitent le détail des activités conduites par les enseignants.

Partenaires :

  • Bernard Baudouin, professeur de yoga et relaxologue. C222apture
  • Toumback, compagnie de percussions corporelles de La Rochelle. Captur5555e
    Les élèves de 5ème B du collège Anne Frank de Sauzé-Vaussais lors de leur première séance de percussions corporelles avec Géraldine de la compagnie Toumback.

    L’évaluation envisagée :

De nombreuses activités comportent des carnets de bord ou des démarches d’auto-évaluation qui permettent aux élèves, invités à verbaliser ou à écrire, d’effectuer le suivi de leur propre évolution en termes de réaction face au stress, à l’anxiété ou d’estime de soi et de communication.
La capacité des élèves à rentrer dans les activités, à se concentrer, à être à l’écoute de leur corps ou de leur mental, ou bien encore à l’écoute du groupe sont des indicateurs non verbaux mais très clairs de leur évolution.
Nous serons attentifs à leur ressenti à l’égard d’activités considérées comme stressantes (chant, passage à l’oral, exécution d’un mouvement, évaluation, examen...).
Sauront-ils mettre en œuvre les outils découverts et mobilisés durant les ateliers ? Leur comportement permettra-t-il de créer un noyau de sérénité qui se diffusera dans le groupe de leurs proches camarades et au-delà dans la classe ?

Nous vous communiquerons une évaluation du projet en fin d’année scolaire et en fonction de celle-ci, nous réfléchirons à sa reconduction et le cas échéant, à son élargissement.

Il ne s’agit pas d’attendre de miracle -même si le projet est très enthousiasmant !- mais de planter des graines que chacun fera germer à son rythme et au gré de son parcours personnel.

logomieuxetre

Pour aller plus loin...

On en parle dans la presse.

Petite bibliographie.

Micheline Flak et Jacques de Coulon sont les spécialistes de la question.

  • Micheline Flak, Jacques de Coulon, Des enfants qui réussissent, Desclée de Brouwer, 2000
  • Ursula Karven, Léa et le chat yogi, Initier ses enfants au yoga, La Plage, 2010.
  • France Hutchison, Yoga Pour Les Enfants - Le Guide Pratique Pour Parents Et Enseignants (1 CD Audio), éditions Béliveau, 2010.
  • Jacques de Coulon, Éveil et harmonie de l’enfant à l’école, Au Signal,
  • Rachel Carr, Le yoga créatif pour les enfants, Vivez Soleil, 1995.
    Capture-JP88G 555
Document joint