Sortie enquête : Les maitres verriers

publié le 22/02/2018,
par  SGOYER

Philippe RIFFAUD & Françoise THEALLIER nous ont reçu dans leur entreprise
« Atelier du vitrail St Joseph ».
Nous les remercions de nous avoir expliqué
leur métier et d’avoir répondu à toutes
nos questions.

Les vitraux sont faits avec du verre coloré qui
est fabriqué dans une seule usine en France.
Le verre est fait à base sable que l’on chauffe
à haute température, plus de 1000°C.

On commence toujours par faire un croquis,
un plan du vitrail que l’on veut fabriquer.
C’est difficile à faire car il faut de la précision,
il faut avoir la main légère et être patient.

Il faut aussi bien savoir dessiner.

On commence toujours par faire un croquis,
un plan du vitrail que l’on veut fabriquer.
C’est difficile à faire car il faut de la précision,
il faut avoir la main légère et être patient.
Il faut aussi bien savoir dessiner.

C’est un métier qui demande de la patience, de
la concentration, de l’habileté, de la prudence.
Il faut être professionnel.

Il faut une seule épaisseur de verre pour faire
un vitrail. On n’utilise pas de scie pour couper
le verre. On le coupe avec un diamant qui est
fixé au bout d’un manche. Le diamant est très
dur à casser, c’est du carbone pur.

Les verriers utilisent le diamant, le fer à souder,
la roulette, l’ouvre plomb, le marteau,
des pinceaux fins et un four.

Pour mesurer, pour tracer, on utilise tout le temps
la géométrie et les mathématiques. Il faut surtout
être très précis.

Pour les vitraux il faut aussi utiliser du plomb
pour relier les morceaux de verre, et de la peinture
pour les décors.

On emboite les morceaux de verre dans des
profilés de plomb. Le plomb est un métal souple.
On utilise l’ouvre plomb pour écarter les profilés,
et des brosses et des pinceaux pour les décors sur
le verre.

Les couleurs sont faites avec les morceaux
de verre colorés et la peinture.
Il faut faire un croquis au crayon sur une
feuille, puis on le peint sur le verre avec
des oxydes (une poudre colorée).
La peinture qu’ils utilisent est à base d’oxydes.
Il faut cuire la peinture pour qu’elle durcisse.
Quand on restaure des vieux vitraux, on utilise
de la peinture à froid.

Fabriquer un vitrail c’est long à faire, mais
ça dépend de la taille, du motif réalisé et de
la peinture.
Ce métier est un peu dangereux car on peut
se couper en manipulant le verre et se brûler
avec le fer à souder ou le four.

Il faut des gants, un masque quand on soude
à l’étain ou un aspirateur à fumée et
des chaussures de sécurité.

Un vitrail coûte entre 700€ et 3000€ le M2, ça
dépend de la difficulté du motif, de la
peinture, du temps de travail pour le réaliser

La dernière phase de travail c’est la pose
du vitrail.

Pour apprendre ce métier, il faut au moins un CAP
qui dure 2 ans. Il faut savoir dessiner, peindre et
connaître l’histoire.
On peut aussi avoir fait des études plus longues.

Les vitraux dans les églises servent souvent à
raconter l’histoire des évangiles, des personnages
de la bible. Autrefois, peu de gens savaient lire.
Ce sont les premières BD.

C’est aussi pour décorer, et pour colorer la lumière
qui entre dans les églises.

Donc les vitraux c’est pour les croyants qui
pratiquent dans les églises, mais il y a aussi des
gens qui font faire des vitraux pour décorer leur
maisons sans motif religieux.

Classe de 5ème A
collège Val de Charente, Ruffec (16)


Documents joints

PDF - 1 Mo
PDF - 1 Mo

Navigation

Articles de la rubrique

Liens incontournables