Le TBI ... un tableau pas comme les autres publié le 30/12/2008  - mis à jour le 03/04/2011

En 2008-2009, j’ai eu à animer des stages sur l’utilisation du TBI. Voici le programme d’un de mes stages d’une journée. Il utilise des ressources tant personnelles qu’issues d’Internet. Vous trouverez au fur et à mesure les sources des documents utilisés.

Je tiens plus particulièrement à citer deux sites qui m’ont servi de référence tant pour leur richesse de contenus que pour leur clareté :
 Le site de la MATICE de Poitiers richement alimenté par Christophe Hillairet, chargé des pratiques pédagogiques
 Le site TableauxInteractifs.fr .

Je suis moi-même utilisateur d’un TBI depuis janvier 2008. J’en suis pleinement satisfait et j’essaie d’améliorer l’usage que j’en fais. Au fur et à mesure de son utilisation, j’ai ajouté des périphériques : de la webcam, je vais passer au visualisateur de documents et à la tablette PC qui vont rajouter des fonctionnalités au TBI. Nous avons la chance d’avoir été dotés de boîtiers de vote qui permettent d’exploiter encore davantage le TBI, notamment pour des tests formatifs ou des tests de calcul mental.

Le stage se décompose en 4 parties : une introduction sur le TBI, des témoignages d’enseignants, d’élèves et un point sur la recherche, une présentation des fonctionnalités communes des logiciels livrés avec les TBI et enfin la prise en main du TBI. Vous trouverez en annexe le plan du stage ainsi que les exercices de mise en situation qui ont été proposés.

I-Introduction

  1. Choix du TBI
    Lors de l’acquisition d’un TBI, un choix est à faire tant au niveau de la marque du TBI choisi que du vidéoprojecteur à acheter. Il faut tout d’abord avoir en tête ce que nous comptons en faire et connaître les différentes fonctionnalités du logiciel livré avec.
    _ Voici une carte heuristique mise en forme par la MATICE de Nantes pour guider la réflexion avant l’achat d’un TBI.

    En ce qui concerne l’équipement global, il faut penser à un système audio performant, à avoir une salle bien disposée et choisir de préférence un vidéoprojecteur XGA (1024 x 768) silencieux plutôt qu’un SVGA

  2. Fonctionnement d’un TBI
    fonctionnement

    (CRDP de Montpellier)

  3. Le point chaud
    C’est le reflet de la lumière du vidéoprojecteur sur la surface de projection. Un exemple peut être vu sur la vidéo « Exploitation des outils du TNI »
    Pour le confort de tous, il faut pouvoir réduire ou supprimer ce point chaud. Plusieurs solutions sont possibles :
    • Utiliser une surface de projection aussi peu brillante que possible (comme le proposent les TBI fixes) et donc avec les DMI, se méfier des tableaux blancs de classe souvent très brillants.
    • Déplacer le point chaud en plaçant le vidéoprojecteur en hauteur.
    • Utiliser la rétroprojection, le plasma ou le LCD (solution onéreuse).
  4. Ombre portée
    Parfois, une ombre peut apparaître sur l’écran de projection ce qui est d’autant plus gênant lorsqu’on utilise un TBI car l’utilisateur ne peut alors pas agir sur le tableau car il ne voit pas correctement l’endroit où il va pointer.
    Voici quelques conseils pratiques pour limiter ce problème :
    • Ne pas y avoir d’obstacles pour éviter la projection d’ombre sur l’écran.
    • Placer le vidéoprojecteur le plus en hauteur possible en utilisant la correction de parallaxe verticale.
    • Si le vidéoprojecteur n’est pas fixe, le disposer sur le côté gauche de l’écran si vous vous situez à droite (ce qui est préférable, voir pourquoi au niveau de la posture). Il faut cependant que votre vidéoprojecteur propose la correction de parallaxe horizontale.
    • Ne pas tourner le dos aux élèves, conserver une position ouverte face à la classe.
      Pour plus de renseignements sur ce sujet, je vous conseille cette page rédigée sur le site TableauxInteractifs.fr.
  5. Au niveau de la santé
    Il y a des normes liées à l’éclairage des locaux scolaires (norme NF EN 12464-1 de juin 2003). Par exemple, une salle de classe dans le secondaire doit avoir un éclairage d’au minimum 300 lux et un tableau noir 500 lux.

    (BY Cochain)
    Pour plus de précisions, se référer à nouveau au site TableauxInteractifs.fr

  6. La posture
    Il est préférable de se mettre sur la droite du tableau. Cela permet en effet :
    • de ne pas se faire de l’ombre en écrivant ;
    • de se tourner plus facilement vers son auditoire ;
    • de fermer l’image, c’est-à-dire de permettre de concentrer le regard du spectateur vers le contenu diffusé au tableau.
Voici le premier exercice proposé :
 La première personne va tout d’abord calibrer l’écran.
 Vous allez ensuite piloter l’ordinateur depuis le tableau. Vous utiliserez les mêmes possibilités qu’avec la souris, en faisant face à l’auditoire et en réfléchissant à votre posture.
 Vous ouvrirez au minimum un document situé sur votre clé USB et sur un site internet.
 Vous créerez ensuite sur le bureau un nouveau dossier que vous nommerez « essai » et vous collerez à l’intérieur un fichier de votre clé USB.
Documents joints
un document Plan stage (PDF de 51.9 ko)
un document Exercices (PDF de 161.4 ko)
un document Consignes (PDF de 264.6 ko)
un document Observation (PDF de 51.3 ko)
un document Grille B2i (PDF de 59.9 ko)