IDA, LA VIE MALGRE TOUT …(Espace V, Jeudi 22 janvier 2009)

publié le 10/02/2009,
par  Monsieur LINCIO Philippe

Depuis 3 ans, la venue de Madame Ida Grinspan au collège est un évènement autant pour l’inestimable qualité de son témoignage que pour la valeur humaine de la rencontre. Malgré les années, l’énergie communicative de la « petite juive de Lié » créé un moment rare que ne boudent pas ses hôtes enseignants comme élèves.

Deux heures durant, devant un auditoire d’élèves de 3eme studieux, Ida déroule son histoire : celle d’une famille juive immigrée de Pologne attachée aux idéaux de la France républicaine des années 30, celle aussi d’une petite parisienne adoptée par les habitants d’un hameau de la campagne melloise au premiers mois de la guerre. La nouvelle de l’arrestation et de la déportation de sa mère lors de la rafle du Vel’d’hiv en juillet 1942 tombe brutalement sur ces années d’insouciance. Jusqu’à cette nuit du 31 janvier 1944 où trois gendarmes zélés de la Brigade de Melle viennent se saisir d’une adolescente de 14 ans en vertu d’une circulaire de la Gestapo de Poitiers.

Après viendront Drancy, l’antichambre de la Shoah pour les Juifs de France puis le convoi 68 à travers le Reich en guerre pour aboutir au matin du 10 février 1944 sur cette « autre planète » inconnue qui devait signifier la mort à l’arrivée pour tant de déportés de toute l’Europe. Par sa jeunesse, Ida n’était pas destinée à entrer dans le camp d’Auschwitz pour y subir la sinistre existence des esclaves du nazisme. La chance voulut qu’elle survive à la première « selektion » et aux suivantes comme elle survécut aux kommandos de travail forcé, aux « Marches de la mort » de l’hiver 1945 et au typhus qui emporta tant de déportés au moment où la guerre prenait fin en Europe.

De sa libération au printemps 1945, Ida évoque avec malice ces si beaux Américains de passage, les brouettes de l’Armée rouge, la première et dernière cigarette de sa vie. Mais derrière les sourires, il y a les difficultés du retour à la vie : le père dénoncé et déporté par le dernier convoi, la famille réduite à son seul frère, la lente réinsertion et le regret d’études inachevées.

Aujourd’hui, Ida vit à Paris mais reste une poitevine d’adoption qui parle aussi bien le patois local que le yiddish. Au fil de ses interventions, elle est devenue une véritable experte des horaires de la SNCF et des salles de professeurs de toute la France. Plusieurs fois par an, elle participe à des voyages d’étude à Auschwitz pour y témoigner en compagnie d’élèves, d’enseignants ou d’universitaires.
Merci encore pour cette leçon de vie.

Remerciements à Messieurs Jean-Marc Gauvin, Hervé Derouët et Gregory Sicaud dont les compétences techniques ont dispensé les organisateurs de bien des soucis.

Ida Grinspan et Bertrand Poirot-Delpech « J’ai pas pleuré » Poche Pocket Jeunesse 190 p

La conférence d’Ida Grinspan en ligne sur le Site du Mémorial de la Shoah


Portfolio

JPEG - 2.3 Mo

Partager

Twitter  Facebook   Envoyer à un ami

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir d'ici la fin du mois