Les 6eA sur le site archéologique gallo-romain des Bouchauds

publié le 27/05/2018,
par  JB Chardron

Par groupe de 3 ou 4 élèves, les 6A du collège ont rédigé un article après la sortie du jeudi 17 mai sur le site Gallo-romain des Bouchauds (Saint Cybardeaux). Voici leurs productions.

La visite du site archéologique

Le groupe Mercure est arrivé sur la site où se trouvait le village de Germanicomagus. On y accède grâce à la via Agrippa. Dans les champs, on a trouvé des traces de murs, ce qui veut dire qu’il y avait des maisons . Il y a aussi des traces d’aqueduc, ce qui montre qu’il y avait des thermes. On a retrouvé aussi des coquilles d’huîtres, il devait donc y avoir des bassins pour stocker les huîtres.
Nous sommes montés sur la colline des bouchauds. Nous avons vu le sanctuaire mais nous ne savons pas à quels dieux étaient dédiés les temples car on n’a pas retrouvé de statues dedans. L’un était de forme octogonale, l’autre rectangulaire et les deux autres étaient carrés. A l’intérieur des temples, il y avait la cella, c’est à dire l’endroit où était la statue du dieu vénéré.
Puis nous sommes allés dans le théâtre. Les trois premiers gradins étaient en pierre pour les riches et les bancs en bois étaient pour les plus démunis.
Agathe, Octave, Léna, Lucas

Le sanctuaire des Bouchauds.

Dans ce sanctuaire, il y a quatre petits temples : un rectangulaire, deux carrés, un octogonal. Dans ce dernier, nous avons retrouvé des pièces d’or, ce qui signifie que dans ces temples, les Gallo-Romains faisaient des offrandes aux divinités.
Les Gaulois ont pris les techniques des Romains tout en gardant leur propre architecture comme le plan octogonal du temple. En effet, les Gaulois tournent autour du temple et cela est plus facile avec une forme octogonale. Ce sanctuaire est fermé par un mur péribole, c’est à dire un mur qui fait le tour.
Hugo, Léa, Chelsea

Présentation d’un dieu et d’une déesse sur le site

Epona :
Epona est la déesse des chevaux et des cavaliers, c’est une déesse gauloise. Elle est souvent représentée assise en amazone sur un cheval. Dans l’espace d’interprétation, une statue d’elle est décapitée, probablement par un chrétien car il n’avait pas la même religion. C’est une déesse très importante chez les Gaulois car ils se déplaçaient souvent à cheval.

Mercure :
Mercure est le dieu protecteur des voyageurs des marchands et des voleurs. Il est représenté avec une bourse qui représente les marchands. On a retrouvé une statue en or de Mercure car il était aussi le dieu protecteur des marchands et des voyageurs et que la via Agrippa passait à côté des Bouchauds. Il y avait donc beaucoup de marchands et de voyageurs qui passaient.
Quentin, Célia, Lyly et Gaspard

Le théâtre gallo-romain

Le théâtre est d’inspiration romaine, c’est un citoyen riche qui aurait pu décider sa construction. Le théâtre peut accueillir 7000 personnes. Des gradins en pierre étaient placés en bas et étaient réservés aux personnes importantes. Des gradins en bois étaient disposés pour les autres spectateurs.
Il servait aussi de lieu pour faire des cérémonies religieuses sûrement liées au culte impérial (c’est-à-dire pour honorer un empereur). Il y avait deux vomitoires pour évacuer les personnes rapidement.
Kaloujah, Noah, Camille

La visite de l’espace d’interprétation

Nous étions un groupe de 19. Un guide nous présentait la visite. Il nous a expliqué que tous les objets représentés étaient des maquettes ou des reconstitutions. Il y avait plusieurs vitrines avec des pièces anciennes, des statues, des maquettes.
Le guide nous a montré des pièces avec le visage d’Octave-Auguste ou de Vercingétorix. Il nous a montré la reconstitution de la statue de la déesse Epona toujours représentée avec un cheval. Cette statue a la tête coupée. Les Romains étaient devenus monothéistes (chrétiens) et ont certainement coupé la tête car ils ne croyaient plus en cette déesse. Il ont fait ça avec d’autres statues. On a vu aussi la statue du dieu Mercure, dieu protecteur des voleurs et des commerçants toujours représenté avec une bourse.
Après, nous sommes passés devant la maquette du sanctuaire et du théâtre qu’on avait visité juste avant. Nous avons fini par remplir un questionnaire sur la visite.
Nine-Louise, Elina, Badir

Les voies romaines

La via Agrippa a été créée par Agrippa au 1er siècle av JC. Elle relie Lyon à Saintes en passant par Limoges et Clermont-Ferrand. Elle passe dans la Gaule Aquitaine et la Gaule Lyonnaise. Toutes les voies de Gaule mènent à Lyon, la capitale des Gaules (Lugdunum). La via Agrippa passe à 2 km des Bouchauds. Il y a d’autres voies comme Lyon-Cologne ou Lyon-Arles.
Les voies romaines servent à faire du commerce, à faire passer les acteurs et spectateurs qui vont dans les villes comme celle près des Bouchauds : Germanicomagus. Mais surtout, elles servent à faire passer les légionnaires pour faire d’autres conquêtes (vers l’Allemagne ou l’Espagne d’aujourd’hui). La table de Peutinger est la carte des voies de l’Empire romain.
Pauline, Tonia, Jules

L’atelier frappe de monnaie

Nous avons participé à un atelier de frappe de monnaies, pour cela, la dame nous a expliqué qu’il fallait autrefois prendre plusieurs poinçons pour créer les formes de la matrice.
Ensuite, elle nous a dit que des pièces étaient utilisées par Alexandre le Grand. Il en offrait à ses mercenaires qui allaient à la guerre avec lui.
Nous avons pu créer nos propres pièces grâce aux instructions suivantes. En premier, il fallait mettre un morceau de la matrice sur le socle. Il fallait ensuite poser le morceau de plomb dessus puis mettre la seconde partie de la matrice et tenir la partie haute de la matrice de la main gauche. Enfin, il fallait frapper à plusieurs reprises sur la matrice avec un marteau. A la fin, on retirait la pièce avec un couteau et on l’essuyait avec une éponge de de fer.
Elliot, Milena, Rosario, Lison

La fonction de la monnaie

Au musée des Bouchauds, on nous a expliqué à quoi serait la monnaie. Auparavant, la monnaie était comptée par poids et non par prix. Elle servait à faire des offrandes (s’il n’y avait pas d’animal représenté) et du commerce.
Sur les faces des pieces, on représentait le profil d’un empereur ou d’un dieu. L’ancienne monnaie n’était pas fabriquée de la même manière qu’en ce moment. La monnaie se fabriquait avec un marteau et une matrice. Sous la matrice, il y avait un motif. On frappait avec un marteau et cela imprimait la pièce.
Laëtitia, Lauryn, Younes


Portfolio

JPEG - 2.3 Mo JPEG - 1.4 Mo JPEG - 1.5 Mo plan du théâtre par Noah et Camille La statue d'Epona par Gaspard

Agenda

<<

2018

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930