LA BIBLIOTHEQUE IMAGINAIRE publié le 17/11/2011  - mis à jour le 18/11/2011

Ce vendredi 30 Septembre, nous terminons l’étude de la couverture, du dos et de la quatrième de couverture d’un roman : De la Terre à la Lune, Jules Verne.
La séquence, sur le récit d’aventure, a fait la part belle à l’écrivain, mais aussi aux couvertures désormais célèbres de ces Voyages extraordinaires aux éditions Hetzel.

Les champignons géants du Voyage au centre de la Terre, la capsule cylindroconique de
Autour de la Lune, le calamar géant à travers le hublot du Nautilus ont stimulé l’imagination de générations d’élèves ; et nos cinquièmes n’ont pas échappé à la règle !
Pour leur première rédaction, ils devaient à leur tour composer la jaquette d’un roman imaginaire, celui qu’ils rêveraient de lire et qui les emmènerait dans des univers inconnus, périlleux et splendides…

Armés de leur crayons de couleurs, feutres , tube de colle, ciseaux ; seuls ou en binômes, devant un logiciel ou à la plume et à l’encre ; nos 5°E ont tâché de faire parler leur imagination ; avec des disputes parfois au sein des paires et pour presque tous l’obligation de remanier leur texte ou de revoir leur illustration… Deux fois , trois fois sur le métier remettant leur ouvrage ?

La tâche, vous l’aurez compris a pu être rude ; un résumé incitatif, pour inciter comme son nom l’indique, doit laisser une part de mystère, mais ça ne doit pas l’empêcher d’être clair. Bien des récits se font au passé ; mais le résumé , lui s’écrit plutôt au présent. Le titre annonce des choses qui doivent être relayées par l’illustration de couverture et le résumé. L’ensemble est un tout cohérent, et si possible alléchant…

Quelques semaines et des vacances plus tard, les revoilà , qui vous présentent leur bibliothèque imaginaire…