Coups de coeur : Trois récits d’enfance

Retrouvez ces livres au CDI...
publié le 24/03/2009,
par  La documentaliste

Les 3ème E nous font partager leurs avis de lecture sur trois récits d’enfance, dont 2 sont autobiographiques.

•  Le Journal d’Adèle de Paule du Bouchet

jpg_adele

J’ai adoré ce livre. Quand j’ai lu le résumé, j’ai d’abord pensé qu’il allait être ennuyant, mais pas du tout. C’est une jeune fille de treize ans qui raconte ses craintes, ses peurs, ses angoisses à un journal. Et, à travers ce journal, on la voit grandir et affronter les épreuves de la première guerre mondiale qui commence au début du livre. Elle explique la douleur qu’elle ressentait suite aux mauvaises nouvelles qu’elle apprenait au sujet de ses frères et de son père. Mais malgré des épreuves difficiles et une attente de quatre ans, elle trouve le bonheur à la fin du livre (de son journal). Lisez-le, cela en vaut vraiment la peine !

Critique de Camille Vincendeau

Le Journal d’Adèle est un livre poignant de vérité. Grâce à son genre, le journal intime, l’auteur réussit à nous transporter, jour après jour, dans l’univers très personnel de l’héroïne désespérée mais heureuse à la fois. On la suit dans ses joies et ses peines tout au long de la guerre. On comprend ce qu’ont pu ressentir les gens de l’arrière, ceux qui ont vécu la guerre dans leur campagne ou en ville. J’avais déjà eu l’occasion de lire un récit de ce genre avec le journal d’Anne Franck qui, elle, raconte sa vie d’enfant juif pendant la seconde guerre mondiale (un journal autobiographique tout aussi poignant). Je trouve que Le Journal d’Adèle est très réussi, même si ce n’est pas un véritable journal autobiographique. L’auteur a su tout mettre en œuvre pour nous décrire cette vie de misère du début du 20 ème. siècle.

Critique de Séverine Le Burel

Le livre est un journal intime, celui d’Adèle. Elle raconte ce qui se passe pendant la guerre, elle tient ce journal cinq ans ; au début c’est une adolescente de quatorze ans et, à la fin, elle a dix-neuf ans et va se marier avec Lucien. Elle a vécu deux drames, la mort de son père et celle de son frère. Ce livre pour moi est génial car il raconte la vie et les soucis de quelqu’un d’autre et nous fait oublier les nôtres.

Critique de Camille Caduc


•  Un Sac de billes de Joseph Joffo

jpg_sacbilles

Je n’avais pas envie de lire ce livre au début, mais au fil de la lecture, je l’ai apprécié toujours davantage. Je dois dire qu’il m’était impossible d’imaginer un garçon faire ça. J’ai bien aimé quand il y avait de l’action, c’est d’ailleurs compréhensible ! De plus, on voit le héros évoluer, grandir au cours de l’histoire. Le moment où j’ai ressenti le plus d’émotions est la fin, quand on repense à tout ce que le héros a fait. Ce livre permet de plus, d’avoir une autre vision de l’occupation allemande. Un très bon choix à mon avis !

Critique d’Adrien Fromenteil

•  L’enfant de Jules Vallès

jpg_enfant

Pour commencer, il faut savoir que ce livre est bel et bien une autobiographie, même si l’auteur a choisi un pseudonyme. Il raconte donc l’enfance de Jules Vallès, enfant maltraité et battu. C’est un bon livre même si sa lecture est difficile car les différences d’époques ne permettent pas de s’identifier facilement au héros. Il donne une vision de ce que pouvait être la France populaire du XIXème. siècle et surtout il montre que les enfants maltraités existent même si on n’en parle pas et que c’est terrible !

Cette histoire est universelle, les enfants maltraités existent toujours à notre époque et partout dans le monde.

Critique de Félix Foutel Rodier