Van Gogh (éléments biographiques)

publié le 01/02/2011,
par  M.FERRIER

Vincent Wilhem van Gogh (1853-1890)

Précurseur du fauvisme devant l’intensité de ses couleurs, de l’expressionnisme face à la charge émotionnelle de ses autoportraits, de l’abstraction gestuelle (par la liberté de sa touche), Vincent Van Gogh est un peintre majeur.

Peintre à 27 ans après avoir voulu embrasser une carrière d’évangéliste (Vincent, excessif, agacera sa hiérarchie). Il donne sa foi à la peinture.
Thèmes : le monde paysan, les paysages, portraits, natures mortes, Montmartre et ses moulins.

Influences : Van Gogh admire Rembrandt, Delacroix et Millet (en 1881 il reproduira à cinq reprises le semeur)
de 1886 à 1888 se rend à Paris chez son frère Théo pour voir l’exposition des impressionnistes. Il a 33 ans. Il réalisera pendant cette période 28 autoportraits.
« dans un autoportrait, la pose est gratuite » dira t’il.

En 1886, ses premiers autoportraits sont empreints de réalisme et de romantisme.
Maintenant il peint non seulement les traits du personnage, mais aussi sa vie intérieure. Le peintre et le modèle s’unissent dans le regard interne.
L’autoportrait est un regard double : voir et se voir.

Février 1888 se rend à Arles.

L’ « autoportrait au chevalet » est une scène à trois personnages : le peintre, le chevalet et la palette. La palette, c’est la peinture avant la peinture, la matière première. Le chevalet, c’est la peinture qu’on ne voit pas, le tableau inconnu. L’énigme. À nous de supposer que le peintre, se peignant en train de se peindre, c’est lui-même qu’il faut imaginer sur le tableau dont on ne voit que le châssis. Et ainsi à l’infini. Qui suis-je 

van_gogh

"Autoportrait au chevalet" huile sur toile 1888 60,5x50,5cm
Rijkmuseum Amsterdam

Van Gogh a trouvé son unité dans la peinture.

Biographie de Van Gogh parThéodore Duret en 1916.

Correspondance
 Vincent Van Gogh a écrit un peu plus de 650 lettres à son frère Théodorus Van Gogh, dit Théo, au cours d’une période qui s’étend du mois d’août 1872 au mois de juillet 1890 date à laquelle le peintre se donne la mort. Cette correspondance a pour singularité d’avoir été écrite en néerlandais pour les deux premiers tiers et en français dans le dernier.
 Au lieu de s’opposer les deux parties de la correspondance s’annoncent et se prolongent. Si l’on considère la vie de cet artiste hors norme qui a passé les dernières années de sa vie en France, le passage au français ne surprend pas et s’accompagne même d’un questionnement constant sur l’art. En France, Vincent Van Gogh explore, approfondit, recherche, son originalité s’y déploie avec naturel et pudeur, loin du mythe, c’est un homme acculé, combatif, sans cesse en rupture qui brosse son portrait. Le jeu de pistes est saisissant car Vincent Van Gogh peint autant qu’il écrit, ses lettres tantôt angoissées, tantôt rassurantes disent la condition de l’artiste, les doutes et les incertitudes d’une sensibilité excessive qui déchire l’âme et égare l’esprit.

Seul aveuglement de sa vie, Vincent Van Gogh ne réalisera jamais qu’il a dépassé ses maîtres et fait basculer la peinture dans un mode pulsionnel, obsessionnel qui a ébranlé tout entier l’édifice esthétique du dix-neuvième siècle.

Dans La nuit des généraux, film franco-britannique réalisé par Anatole Litvak, sorti en 1967, le personnage du général Tanz, joué par Peter O’Toole, est atteint du syndrome de Stendhal face à une œuvre de Van Gogh.

Le syndrome de Stendhal est une maladie psychosomatique qui provoque des accélérations du rythme cardiaque, des vertiges, des suffocations voire des hallucinations chez certains individus exposés à une surcharge d’œuvres d’art. Ce syndrome, assez rare, fait partie de ce qu’on peut appeler les troubles du voyage ou syndromes du voyageur.


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois