LE MARTYRE DU VILLAGE DE MAILLÉ : POUR NE PAS OUBLIER publié le 13/04/2019

Grâce à la participation du Souvenir Français, les élèves de 3e du collège André Brouillet ont eu la possibilité de découvrir le mardi 9 avril dernier le drame qui s’est joué 74 ans plus tôt dans le village Tourangeau de Maillé.

Le 25 Août 1944, une troupe de soldats SS s’engagent dans le village de Maillé. Sans sommation, ils commencent à massacrer ceux qui se présentent devant eux, pénètrent dans les maisons, tuent et incendient. Le village compte 124 victimes, dont nombre de femmes et d’enfants. Le plus jeune, abattu d’une balle dans la nuque, est âgé de 3 mois. Le plus vieux a 84 ans. Les survivants ne doivent leur salut qu’à la fuite. Les plus chanceux se dissimulent dans des caves ou des champs de topinambours pour échapper à la fureur aveugle des soldats allemands qui vont jusqu’à éliminer les bêtes aperçues dans les prés. Les SS interdisent l’accès du village aux gendarmes, tenus à distance par le feu des armes, puis bombardent les habitations, ensevelissant Maillé sous les obus.

Pourquoi Maillé ?

Plusieurs hypothèses s’opposent. Les Allemands ont-ils voulu se venger des actes de sabotage répétés contre la ligne de chemin de fer Bordeaux-Paris ? Souhaitaient-ils se venger du coup de feu opéré la veille par la Résistance à proximité du village ? Ou bien la réalité est-elle plus sordide ? Une simple volonté de semer la terreur, acte de jeunes soldats tout juste sortis des Jeunesse hitlériennes et âgés pour la plupart de 15 à 18 ans.

Suite à la reconstruction du village, permise grâce aux dons d’un couple de milliardaires américains, le drame de Maillé a été oublié. La vie a repris ses droits. Sans doute car la date du massacre se confond avec celle d’un évènement plus célèbre qui en a oblitéré le la mémoire : la Libération de Paris. Mais depuis le milieu des années 1990, Maillé a peu à peu renoué avec son passé tragique. Une Maison du Souvenir a été fondée et, en 2008, le Président de la République en fonction, Nicolas Sarkozy, s’est déplacé en personne pour rendre hommage aux victimes.

1-2

Une visite marquante

Les élèves de 3e ont eu l’opportunité de visiter la Maison du Souvenir et d’assister à la projection d’un film retraçant le massacre. Accompagnés de leurs enseignants et de représentants du Souvenir Français, ils ont ensuite déposé une gerbe de fleurs devant la stèle qui, à l’intérieur du cimetière, commémore la mémoire des victimes avant de respecter une minute de silence, puis d’entonner la Marseillaise.

Nolwenn et Benjamin, élèves de 3e du collège André Brouillet.