Le lent déclin aux XVIIème et XVIIIème siècles

publié le 11/12/2010,
par  Classe Jardin

• Les procès du XVIIème au XVIIIème siècles

Les XVIIème et XVIIIème siècles sont marqués dans l’histoire de l’abbaye par une succession de procès entre les moines et leur abbé ayant pour cause le partage des revenus de l’abbaye, l’entretien des bâtiments, le paiement des taxes.

Procès entre Charles de la Corbière (abbé jusqu’en 1668) et les moines.
- En 1661, Charles de la Corbière est condamné a verser 10 000 livres pour effectuer les répartitions de bâtiment laissés à abandon et à partager le revenu en 3 parts :

    • un tiers à l’abbé
    • un tiers aux moines
    • un tiers réservé aux charges de l’abbaye.

En 1780, un procès a lieu contre Jean-François Abdias de Montredon de Villevieille pour obtenir de quoi réparer l’abbaye en ruine .

D’autres différents apposaient l’État à l’abbaye, notamment en ce qui concerne l’aumône.
- En 1725, un arrêt du Conseil d’État , demande aux abbayes locales de transmettre le montant de leur aumônes aux hôpitaux de Poitiers , Niort et Fontenay. Les couvents cisterciens réagissent (car l’aumône est imposée par la règle et ces villes éloignées ne peuvent pas accueillir tous les pauvres). Certains comme Valence font appel de cette mesure mais leur demande sera rejetée en 1727 .

Une des raisons de la fondation de Valence par les Lusignans était le souhait d’y être enseveli à leur mort.
Pourtant Hugues X le fondateur (1185-1249), mourut à Damiette, en Égypte. Il ne peut être enseveli à Valence, de même qu’Isabelle d’Angoulême (1186-1246), son épouse, qui fut enterrée à Fontevraud où elle s’était retirée.

• Qui fut alors enseveli à Valence ?

- Adhémar, mort en 1261 (fils des fondateurs),
- Hugues XIII (1303) et sa sœur Jeanne de la Marche,
- Anne de Mortemer (1528),
- Gabriel de Saint-George et Foachim de Saint-George (vers 1560).

Ainsi les trois familles successives des Seigneurs de Couhé choisirent d’établir leur sépulture dans le cœur de l’Abbatiale de l’abbaye de Valence où un caveau était aménagé.

Des travaux de rénovation de l’abbatiale au XVIIème siècles furent l’occasion de modifier le caveau, ce qui entraîna des procès entre les moines et les seigneurs à la suite de dégradation de tombes.
Les moines cherchaient également à enlever le titre de fondateurs et le droit de sépulture dans l’abbatiale aux Saint-George.

• Le déclin de l’abbaye de Valence et des abbayes alentours

A cause de querelles entre les moines et les seigneurs ou entre les moines et leur abbés, la vie du monastère se concentre toute entière sur les procès. Les moines se font mal voir du peuple et ils ne s’entendent plus avec leur abbés. Leur nombre diminue, ils ne sont plus que quatre a Valence a partir du XVIIIème siècle.

Il existait de nombreuse abbayes et prieurés autour de Valence, comme partout en France. Cette multiplicité des abbayes et des ordres religieux contribuèrent aussi au déclin car il y en avait de trop.

Ce déclin annonce la suppression des abbayes, considérées comme inutiles et plus adaptées aux mœurs nouvelles. Les fonctions sociales comme l’éducation, la charité, ou l’assistance publique sont transférées au clergé séculier plus estimé par la population.


Agenda

<<

2018

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Liens incontournables