L’abbaye du XIIIème au XVIème siècles

publié le 11/12/2010,
par  Classe Jardin

Quelques décennies après la fondation, l’abbaye allait connaître des soucis pour assurer la subsistance des moines, l’entretien des bâtiments et les œuvres imposées par la vie monastique.

• Les démêles avec les Mortemers, seigneurs de Couhé, du XIIIe au XVe siècles

Les dons et les rentes, très nombreux au début, finirent par être contestés pas les descendants des fondateurs, en particulier, la rente donnée par les fondateurs, en froment et en seigle tirée des revenus du château de Couhé. Les Mortemers, qui héritent de la seigneurie de Couhé, à la suite du mariage de Jeanne de Joinville, fille de Pierre et Jeanne de Lusignan, avec Roger IV de Mortemer (1287-1327) en 1306, héritèrent également de cette lourde contrainte envers l’abbaye et cessèrent tout simplement de payer cette rente. Les procès, les compromis qui suivirent marquent donc les relations entre les seigneurs locaux (sur les plusieurs générations) et l’abbaye. Tout cela porta préjudice à l’abbaye et annonçait le déclin qui allait suivre.

• Le Régime de la commende de 1478 aux années 1650

Depuis sa fondation les abbés de Valence étaient choisis parmi les moines.
Au XVème siècle, l’abbaye de Valence est placée sous le régime de la commende  (1) comme beaucoup de monastères en France. Il s’agit de confier la direction et la gestion de l’abbaye à une personnalité, par exemple un clerc séculier, pendant la vacance du titulaire.

Cette gérance est limitée dans le temps mais peu à peu le commendataire s’attribue cette fonction avantageuse : il recevait la gestion des biens mais surtout il touchait les revenus.

Cette fonction sera donnée en récompense et même vendu pour en tirer profit. On pouvait donc acheter la nomination, à charge ensuite de gérer le domaine. Des ecclésiastiques mais aussi des laïcs (non soumis à la règle et n’étant pas tenus d’habiter à l’abbaye) reçurent la charge de l’abbaye. Le régime de la commende entraîne le déclin de Valence comme d’autres abbayes, car elles étaient considérées comme une source de revenus par les commendataires et ceux-ci, n’entretenant pas les lieux, laissèrent à l’abandon les bâtiments qui tombèrent en ruine.

Le premier abbé commendataire fut Raoul de Fou à partir de 1478. Il fit exception aux abbés suivants car il s’occupa de l’abbaye en réalisant des travaux de restauration et de rénovation.


(1) le mot commende dérive du mot latin commendare signifiant confier ou recommander


Agenda

<<

2018

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Liens incontournables