Remue-méninges autour de M. Ibrahim

publié le 12/01/2011,
par  Cécile Commageat

Souvenez-vous : le 25 novembre dernier, les 3èmes étaient au théâtre et assistaient à une représentation exceptionnelle de la pièce d’Eric-Emmanuel Schmitt, Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran. La salle Geoffroy Martel avait été réservée aux deux cents élèves qui ont pu suivre le jeu physique et époustouflant de Géry Defraine, seul en scène. De retour en classe, les 3ème E et F ont été soumis à un exercice difficile mais formateur, la rédaction d’une critique théâtrale. En voici un florilège qui prouve que de la contrainte peut naître une réflexion riche et élaborée.

par Isabelle Cartron et Cécile Commageat, professeurs tortionnaires de français

Ils ont aimé un peu ...

La pièce de Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran d’ Eric-Emmanuel Schmitt, est interprété par un seul comédien qui joue trois personnages : le jeune Moïse, surnommé Momo, un commerçant tenant une supérette ouverte de huit heures à minuit même le dimanche, et une cliente, actrice de renom [Brigitte Bardot , NDP]
Cette après-midi là , Momo entre dans le magasin et vole des conserves. Le marchand fait mine de ne pas s’en apercevoir.
L’adolescent doit se débrouiller car il est seul dans la vie . Le commerçant récupère son argent lors du passage d’une cliente aisée.

Le metteur en scène a une technique très sobre. Le décor est unique. Trois gondoles pour les fruits et les légumes , quatre chaises , un tableau d’affichage des prix, un autre tableau pour dessiner une toile qui ne sera dévoilée qu’à la fin.
L’unique acteur Gery Defraine, porte une longue blouse par dessus un pantalon ensemble beige. Son élocution est nette, son ton est juste. Il représente admirablement les personnages de Moïse , du marchand et la cliente et sait finement varier ses attitudes et ses comportements pour amuser son public .

Etant jouée par un seul personnage, la pièce est parfois délicate a suivre.
Le commerçant qui laisse Momo lui voler ses produits et qui vend plus cher à d’autres clients plus aisés semble vouloir rétablir l’équilibre dans une société où se côtoient des pauvres et des riches . Ce thème montrerait-il que dans le vie il faut s’entraider ?
Nous nous sommes interrogés sur le portrait dessiné sur le tableau qui est la réplique de la toile dévoilé à la fin de la pièce. Momo a t-il voulu représenter sa mère qui lui manque tant ?

Nous avons trouvé cette pièce originale. Nous la conseillons en raison du grand talent de Gery Defraine , seul acteur sur scène, seul interprète des personnages . Il doit faire vivre trois catégories dintinctes de la société et mettre en évidence leur condition sociale.
Nous la déconseillerons cependant aux personnes qui aiment l’action et le mouvement. Personnellement nous ne nous y sommes pas ennuyés.

Tanguy Mornet & Marina Montefinese, 3 E

Cette pièce raconte l’histoire de Moïse dit Momo, onze ans, qui depuis la naissance vit seul avec son père. Moïse fait la rencontre de l’épicier du coin, M. Ibrahim. Cet homme de sagesse change sa vie.
Le décor de la scène représente l’épicerie de M. Ibrahim. On peut y voir deux tabourets, quatre chaises, un présentoir avec des caisses de légumes et de fruits ainsi qu’un tableau emballé.
Géry Defraine est seul sur scène, il joue tous les personnages. L’acteur porte une veste d’épicier grise qu’il lui arrive d’enlever. Grâce à son changement de voix, d’expression et de posture, il réussit à nous transporter d’un personnage à l’autre.
La musique qui intervient à un certain moment rythme l’histoire.
En déplaçant simplement les chaises, l’acteur arrive à donner l’impression d’un changement de lieu.
Au milieu de la représentation, Géry Defraine apporte une touche personnelle en dévoilant le tableau. Ce tableau représente une femme qui symbolise la mère de Moïse ou la femme de M. Ibrahim.
Son jeu de personnages m’a surprise et déçue. Je pensais qu’une pièce de théâtre était toujours jouée par plusieurs acteurs. Cependant, grâce à son jeu de scène, j’ai réussi à entrer dans l’univers de M. Ibrahim et les fleurs du Coran. Lors de la lecture du livre, à certains passages, j’ai ressenti de la tristesse. Lors de la représentation, Géry Defraine n’a pas réussi à me faire éprouver ce sentiment. En revanche, les moments drôles étaient vraiment bien joués.
Je conseille d’aller assister à cette pièce. C’est une histoire simple. Bien qu’il n’y ait qu’un acteur et que le décor soit sobre, on est vite captivé par l’histoire.

Léna Réjasse, 3E

Le fait que l’acteur incarne plusieurs personnages m’a dérangé, mais c’est aussi intéressant de découvrir comment un acteur peut jouer plusieurs rôles à la fois. D’ailleurs il a parfaitement réussi.
Pour le costume, le choix me semble correct. Mais j’ai trouvé le décor un peu trop simple, voir vide.

Cécile Thomazeau, 3 F

Ils ont aimé beaucoup...

Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran est l’histoire d’un enfant ou plutôt d’un adolescent qui se déroule durant les années soixante. Ce dernier se nomme Moïse, surnommé Momo. Moïse vit avec son père car sa mère est partie. Moïse a onze ans et tente d’aller voir les prostituées. Moïse ne connaît pas une enfance joyeuse. Il est donc contraint de voler dans l’épicerie de Monsieur Ibrahim, un épicier musulman, qui adoptera Moïse après que son père s’est suicidé.
La pièce n’est jouée que par un seul acteur car d’après l’histoire d’Eric-Emmanuel Schmitt, l’histoire n’est faite que pour une personne. Durant toute la pièce, on a pu observer qu’il y avait le même décor, celui de l’épicerie. Or, l’histoire se passait dans plusieurs lieux différents. Le décor était composé du rayon fruits et légumes de l’épicerie, de chaises et d’un tableau de femme. Géry Defraine avait pour costume une longue veste et une chemise blanche. Il conservait ce costume, même lorsqu’il changeait de rôle.
Tous ces choix me semblent pertinents car si l’acteur devait changer de costume à chaque fois qu’il changeait de rôle, la pièce durerait beaucoup plus longtemps et les spectateurs s’en lasseraient très vite. Le décor était très simple, peu recherché mais on comprenait quand même où la scène se déroulait. Lors de la pièce, je me suis posé une question : Pourquoi mettre un tableau avec une femme ? C’est après que j’ai compris. Le portrait de la femme pouvait représenter la mère de Moïse ou la femme décédée de Monsieur Ibrahim. On pouvait donc s’imaginer cela.
Je peux conseiller ce spectacle car on se prend vraiment au jeu. L’histoire compte quelques passages drôles. J’ai ressenti de l’attendrissement car Monsieur Ibrahim considère vraiment Moïse comme son fils. J’ai ri un peu. Je ne sais pas pourquoi, mais cette histoire m’a fait penser au film « Les choristes » avec cet enfant qui se fait adopter par le professeur.

Frédéric FERRER, 3E

C’est l’histoire de Momo, treize ans au milieu des années soixante, qui habite la rue Bleue , bien que sa vie soit grise. Son seul ami, le vieil épicier que tout le monde croit arabe. Alors qu’ Ibrahim est bien musulman mais vient du Croissant d’or, « une région qui va de l’Anatolie à la Perse, Momo ». Ce que va apprendre monsieur Ibrahim à son fils adoptif , c’est le sourire et la sagesse . 

J’ai beaucoup aimé l’histoire. Je trouve que la première phrase que dit le comédien était un risque à prendre, car la première phrase qu’il dira agira sur l’opinion du public de la pièce jusqu’à la fin. Ça passe ou ça casse. J’ai trouvé que la représentation des années soixante était très bien faite. Dés le début , nous savons définir dans quelle époque la pièce de théâtre a lieu.

Jouer plusieurs personnages à la fois était aussi un risque à prendre, mais j’ai vite su déterminer qui était qui car, à chaque fois qu’il y avait un changement de personnage, ce n’était pas juste la voix qui changeait, il y avait les expressions de visage, la tenue du personnage et son caractère.

J’ai vraiment aimé, c’était très bien joué. L’histoire était aussi très intéressante. Nous pouvons voir le quotidien d’un adolescent qui ne vit qu’avec son père et qui à besoin de se construire, il se tourne vers M. Ibrahim puis au fur et à mesure, on en apprend davantage sur les deux personnages principaux.

En sortant du théâtre, je suis repartie avec le sourire. A la fin d’un film ou d’une pièce de théâtre , il est très rare que je reparte en étant de bonne humeur. Si j’apprends qu’une autre pièce de théâtre est jouée par vous, j’irai certainement la voir, et je la conseillerai à quiconque aimant le théâtre.

Candy Leone, 3E

Ils ont aimé à la folie...

M. Ibrahim et les fleurs du Coran est une pièce d’Eric-Emmanuel Schmitt avec Géry Defraine sur scène. Il s’agit de l’histoire de Moïse, un jeune garçon juif de douze ans, surnommé Momo. Il va se lier d’amitié avec M.Ibrahim, le vieil épicier arabe de la rue bleue.
L’acteur joue plusieurs personnages : Moïse, M.Ibrahim, le père et la mère de Moïse et Brigitte Bardot. Il change de voix, de langage et de traits de visage. Il incarne ainsi plusieurs personnages car c’est le choix du dramaturge. Le décor évolue au fil de la pièce. Sur scène, il y a quatre chaises, que l’acteur déplace durant la pièce. Il y a un présentoir d’aliments, avec des pommes, des carottes, des salades, des oignons et des pommes de terre. Pendant le
spectacle, le comédien va prendre et manger une pomme. Il y a deux tableaux dont un sur lequel il va dessiner. L’autre il va le déballer d’un papier cadeau. Il y a aussi un tabouret, sur lequel il s’assoit en jouant M.Ibrahim. L’acteur est vêtu d’une chemise blanche et d’une veste marron – une veste d’épicier. Il l’enlève, la remet, sort de ses poches des affaires, des objets et les range... Le comédien est maquillé d’un léger trait de crayon bleu sous la paupière, pour les yeux en amande de M.Ibrahim.
Le fait que l’acteur soit seul sur scène, cela convient bien à la pièce. Plusieurs acteurs auraient rendu la pièce moins compréhensible. Géry Defraine joue très bien les différents personnages. Le public qui regarde la pièce, sait tout de suite reconnaître le personnage qu’il incarne. Le décor ne change pas, l’acteur garde toujours les mêmes objets sur scène, il ne s’absente pas pour aller en chercher d’autres. Avec ce qu’il a sur scène, il arrive à nous faire changer d’endroit, de passer de l’épicerie au Croissant d’Or, à nous faire voyager. Je trouve cela très bien fait. Choisir une chemise blanche et une veste d’épicier marron, ce choix ne me paraît pas adapté à l’histoire. Tout le monde appelle M.Ibrahim, l’arabe, alors je pense qu’il aurait pu choisir des vêtements en rapport avec l’Arabie. Ou alors s’habiller en bleu car son épicerie se trouve dans la rue Bleue. Je n’ai pas vraiment compris le choix de l’acteur en ce qui concerne le tableau qu’il déballe en fin de pièce. Cela n’étant pas dans le livre, j’ai eu du mal à comprendre. En ce qui concerne les arabes, les juifs, les musulmans, j’ai compris l’essentiel. Ce qui m’a aidée, bien sûr, est le fait d’avoir lu le livre M.Ibrahim et les fleurs du Coran. Quelqu’un qui n’a pas lu le livre et qui va assister à la pièce, ne comprendrait peut-être pas tout sur les religions.
Malgré tout cela, la pièce M.Ibrahim et les fleurs du Coran est tout simplement fantastique. Elle est interprétée par Géry Defraine, un acteur très talentueux. Je vous conseille d’aller voir cette pièce agréable, drôle et très sympathique. Vous passerez un agréable moment de détente où vous rirez et vous amuserez. Allez-y !

Célia Pannetier, 3E

Cette pièce se passe à Paris, dans les années 60.
L’action se déroule autour de Momo, un enfant âgé d’une dizaine d’années, abandonné par sa mère... et son père. Il va apprendre la vie grâce à l’épicier arabe de la rue Bleue, monsieur Ibrahim.

Le metteur en scène a mis en évidence la boutique de monsieur Ibrahim, donnant l’impression que l’action se déroule pratiquement toujours au même endroit. Néanmoins, le jeu de l’acteur est tel qu’il nous fait voyager en bougeant simplement quelques chaises. Il n’y a qu’un seul acteur qui joue sur scène alors qu’il y a deux rôles principaux. Pour différencier ses personnages, l’acteur change de voix et met sa veste lorsqu’il joue monsieur Ibrahim. Il n’y a aucun costume particulier dans cette pièce mise à part ladite veste.

Je pense que ces choix de mise en scène sont relativement corrects et suffisamment simples pour permettre à l’acteur de bouger quelques objets sans qu’il y ait de blanc dans la salle. J’ ai compris et même appris qu’il ne fallait pas forcément surcharger la scène de décor pour avoir besoin de visualiser et comprendre l’action, le jeu de l’acteur suffit amplement à faire vivre aux spectateurs la peur d’un endroit particulier ou au contraire, à le faire rêver, ou rire.

Personnellement, j’ai adoré ce spectacle car tout d’abord l’intrigue est amusante et triste à la fois. L’histoire est très touchante et très agréable à regarder. Le fait qu’il n’y ait qu’un seul acteur ne pénalise absolument pas l’action ni sa compréhension car son acteur est incroyablement doué ; son changement de ton est un de ses plus grands atouts, on pourrait savoir s’il joue Momo ou monsieur Ibrahim les yeux fermés.
Je recommande cette pièce pour son histoire prenante et pour le jeu merveilleux du comédien qui vous plonge jusqu’au cou dans l’intrigue où il vous garde jusqu’à chez vous avec une unique question en tête :
« Qui est Popol ? »

Kathleen Vauzelle , 3 F

Le décor est sobre et épuré,évocateur de l’épicerie. Un seul acteur fait revivre à travers son interprétation l’ensemble des personnages.

Le choix de cette mise en scène est adaptée, les personnages revivent à travers les souvenirs de Moïse, ils sont clairement visibles dans un décor flou comme sa mémoire.

L’histoire nous tient en haleine jusqu’ au dénouement et son acteur nous emmène du rire aux larmes. C’est une pièce riche en émotions à ne manquer sous aucun prétexte.

Vincent Verliac, 3 F

Ils ont aimé ...pas du tout.

Le décor est composé d’un fond jaune, d’un stand de pommes, de quatre chaises et d’un tableau. Il n’y a qu’un seul acteur pour jouer le rôle de M. Ibrahim, de Moïse, de la mère de Moïse, du père de Moïse et du vendeur de voiture. Il est vêtu d’une chemise blanche, d’une veste longue grise et d’un pantalon en toile.

Le choix de la veste grise m’a paru assez pertinent car la pièce se passe dans une épicerie. Celui de la chemise et du pantalon en toile me paraît aussi pertinent car ce sont des vêtements neutres. Je me suis demandé pourquoi il y avait un tableau.

Je ne conseille pas ce spectacle car bien que l’histoire soit touchante, le fait qu’il n’y ait qu’un acteur est dommage, nous ne comprenons pas tout le temps qui parle et cela peut devenir agaçant. Cette pièce n’est pas très intéressante, captivante. Je n’ai pas trop aimé ce spectacle.

Maxime Crasnier, 3E

Ils ont réfléchi

Cette pièce conduit les spectateurs à découvrir d’autres religions et d’autres pays et montre que l’on peut trouver le bonheur sans avoir beaucoup d’argent.

Anthony Bertin, 3 F

A travers le jeu de l’acteur, on peut distinguer les différents personnages et ainsi faire la différence entre Momo le jeune qui parle rapidement et le vieux Monsieur Ibrahim qui a une voix forte et qui est assis sur sa chaise comme si elle faisait partie de lui, sans pour autant les confondre. C’est ce qui fait le talent du comédien.

Valentin BOLLEAU, 3F

Moïse , âgé de douze ans , vivait seul avec son père. Il n’allait pas en cours, il passait ses journées dans l’épicerie de M. Ibrahim, à parler de tout et de rien. Quand ils n’étaient pas ensemble, Moïse allait voir des prostituées. Sa vie se passait comme cela, jusqu’au jour où son père l’abandonna et se suicida …

Flore DE LA IGLESIA, 3F

Grâce à cette pièce, j’ai appris qu’avec très peu on peut arriver à faire comprendre des milliers de choses ; que, malgré les coups durs de la vie, il faut toujours garder espoir et regarder droit devant soi vers le futur ; qu’il faut rester soit même même si on est sans cesse comparé à quelqu’un de meilleur.
Une seule personne nous fait passer tant de messages pendant une représentation théâtrale.
Un seul comédien suffit à ce que la pièce soit compréhensible, amusante et réaliste .

Ce spectacle m’a beaucoup plu. Il nous montre que, aujourd’hui encore, les préjugés règnent. Il dénonce toutes les idées reçues avec humour.

Amal El Mouhadi, 3 F

L’acteur arrive à faire prendre conscience aux spectateurs qu’avec très peu de matériel, on peut faire passer beaucoup de choses.

Morgane Guérin, 3 F

La pièce raconte l’amitié naissante entre un jeune garçon qui est juif et un vieil épicier appelé l’arabe qui,lui, ne l’est pas !
Au fur et à mesure de la pièce, Moïse apprend que les apparences sont trompeuses ainsi que de nombreuses autres leçons de vie.

Léa Jonchères, 3 F

On ne s’ennuyait pas avec Géry Defraine, car il était énergique. On voyait qu’il était vraiment dans la peau du personnage. Il ne nous donnait pas l’impression d’être stressé et ne se trompait pas dans ses textes. J’ai appris que dans le théâtre, il faut oser faire des choses qu’on ne ferait pas dans la vie courante. Il n’avait pas honte quand il dansait devant deux cents collégiens. Je me suis rendu compte que retenir le texte complet d’une pièce de théâtre, c’est très compliqué. Moi qui ai déjà du mal à apprendre trois pages d’une pièce de théâtre, alors une pièce entière. Il a certainement fallu du travail pour que Géry Defraine y arrive. Il faisait vivre la pièce en gesticulant et en se déplaçant.

Nicolas Mayans, 3E

En ce qui concerne le costume du seul comédien, il est simple mais habillé dans le sens où il présente très bien. Le jeu du comédien était impressionnant, il passait d’une émotion à une autre en fonction du personnage qu’il jouait. C’était enrichissant à voir pour tous les futurs acteurs qui se trouvaient dans cette salle ainsi que les autres. Ça ne doit pas être évident d’occuper un espace seul. Pourtant, l’acteur le faisait à merveille, passant de Moïse à Monsieur Ibrahim, de Monsieur Ibrahim à Brigitte Bardot sans indication réelle de qui était qui.
Ces choix sont pertinents, la plupart des pièces sont avec plusieurs personnages, un grand décor et des costumes travaillés. Ici, tout est minimaliste mais cela prouve que même avec peu de moyen, on peut faire d’excellentes représentations, comme celle-ci. J’ai appris que le décor ne faisait pas tout et qu’on peut s’en sortir avec un seul acteur jouant plusieurs rôles.

Morgane Montreuil-Moro, 3èF

NDP : Note Des Professeurs


Brèves

3 mai 2016 - Vente de jardins posés

La Mini-Entreprise "Agrip’Plante" de la 3ème ODP3 vend ses jardins posés dans l’enceinte du (...)

16 mars 2015 - Semaine internationale au collège du 16 au 20 mars

Hallo ! Hello ! ¡Hola !
Ce lundi débute la semaine internationale au collège Agrippa d’Aubigné. (...)

1er septembre 2014 - Section sportive escalade

La rentrée de la section escalade aura lieu le mardi 9 septembre à 16h00.
Apportez votre (...)

29 novembre 2012 - 4 au 6 décembre : Maintenance OBII

OBII est en maintenance le 04 au 06 décembre 2012. Il est préférable de ne pas l’utiliser pendant (...)

20 septembre 2012 - Accès parents à Gepi-notes et cahier de texte

Appel aux parents d’élèves. Si votre mot de passe ou votre identifiant ne vous permettent pas (...)