L'espace des mots publié le 12/06/2020

Sortir les mots ou les phrases de la feuille de copie

Les espaces habituels des mots et des phrases sont le rouleau et le livre. Nous connaissons aussi la feuille de copie et le cahier.
Des artistes utilisent, comme les écrivains, des mots ou des phrases dans leurs œuvres. Mais ils ont investi d’autres espaces.
Barbara Kruger, Installations, Galerie Mary Boone, New York
Jenny Holzer, installation pour Bilbao, Musée Guggenheim Bilbao, 1997
Peter Greenaway, The Pillow Book, 1996
Georges Rousse, Le Cellier, Reims, 2015

Les élèves de 3ème ont imaginé des mots ou des phrases dans d’autres espaces que ceux du livre et de la feuille de papier en s’appuyant sur des espaces réels. Ils ont sélectionné et commenté les réalisations suivantes.

Emma

… simple mais très bien réalisé car la photo est prise en voyant l’ombre mais aussi en voyant [ce] qui fait l’ombre et je trouve ça risqué mais réussi. MBL

… une bonne idée d’avoir écrit le mot « ombre » avec l’ombre du mot. JG

… le fait qu’on puisse lire le mot grâce a son ombre, je trouve ça génial. NP

Je trouve juste dommage qu’on voit la réalisation en carton sur la photo et pas seulement l’ombre. Emma

Lisa

… le point de vue est très bien choisi et [l’œuvre] fait passer un message qui dit que boire de l’eau ne veut pas dire ne pas respecter l’environnement, (…). MBL

Kyllian

La pâte à modeler [est] un excellent choix que j’ai trouvé original et très créatif puisque le concept même de la pâte à modeler est de créer des objets. La typographie [est] bien travaillée. YC

… le mot a été écrit avec une matière qui correspond au mot. La pâte à modeler est molle, et on écrit le mot « mou » avec. JG

Erine

… cette œuvre fait appel à l’actualité , (…) il faut être à un point de vue précis pour la comprendre et la voir dans son intégralité . AB

… cela fait penser à tous ceux qui vivent sans abri qui sont plus [susceptibles] d’être toucher par le virus. Cela permet de penser à ces personnes en difficulté. MF

Héméra

… tout est blanc, le blanc représente la pureté. Un seul mot est en noir « paix ». ECL

… j’aime bien le rapport entre la plume qui s’envole et le confinement actuel. GP

Mathis

… en ce temps de confinement, [il] était créatif de sa part de personnaliser son masque . LB

… elle représente au mieux notre situation. (…) un masque contre le coronavirus (…) c’est important de rappeler pourquoi nous sommes confinés, qu’il faut porter ce masque et rester confiné le plus possible chez nous pour éviter la propagation du virus. MF

Anaël

… Je sais que les pâquerettes, dans le langage des fleurs, symbolisent l’innocence. Je sais aussi qu’elles apparaissent à l’arrivée du printemps. Sur la photo, le fait qu’elles soient disposées sur un fond d’une seule couleur (qui contraste avec le jaune et le blanc des pâquerettes) donnent l’impression que les fleurs sortent de la terre, en partant d’un petit point pour grossir et prendre de plus en plus de place. Comme si on assistait à la naissance du printemps. Ou à sa renaissance, puisqu’il revient tous les ans. HL

Lina

… Le mot « erreur » écrit sur une falaise me fait penser à l’erreur que pourrait avoir commise quelqu’un en sautant de cette falaise. Dans ce cas, l’apprentissage serait peut-être une vie après la mort. Le paradis, pour les gens qui y croient. Comme l’opportunité de vivre une deuxième fois, en évitant les erreurs. HL

Camille

… Le cercle auquel s’accrochent les sept mains me fait penser à la Terre et à l’écologie. Parce que le cercle auquel tout le monde est accroché symbolise la Terre et que l’on peut se dire que l’auteur voulait exprimer le fait qu’en s’unissant on peut préserver la planète, réduire la pollution et que l’on vit tous dessus. HL

Manon

… j’ai trouvé l’idée d’utiliser du coton très judicieuse car cela nous permet de nous projeter davantage dans les nuages et dans ce ciel d’azur qui ici sont censés nous évoquer la plénitude d’un rêve. LB

Althéa

… Le fait d’utiliser une autre langue est bien trouvé et sympathique. On a envie de découvrir d’autres réalisations dans cette langue pour apprendre plus de mots ! Les plantes autour rendent la création plus légère que si les ballons étaient tous seuls. MB

Anthony

… Je trouve que la phrase correspond bien à l’animal : plus que tout, ce que demande l’animal, c’est de vivre et de pouvoir voler alors que nous [les mouches] nous ennuient donc on se permet de les tuer [et] ce n’est pas très sympa pour elles. SLR

… La mouche est très bien faite et c’est marrant ce message (…) « laisse moi voler » car souvent nous voulons qu’une mouche parte ou arrête de voler. LV

Lucie

… Le mot wifi est bien sûr en lien avec les outils informatiques (tablette, ordinateur, portable...) et les fils servent souvent à relier entre eux les appareils. CB

[L’œuvre] représente le mot wifi sur un appareil électronique à l’aide de câbles er de chargeurs. Tous sont des matériaux électroniques, cela permet de garder le contexte de l’œuvre. MP

Emy

… belle et bien mise en scène, elle représente bien la nature avec le sable, les fleurs, les bouts de bois qui ont servi à écrire le mot. La personne ne s’est pas arrêtée au mot en lui-même, elle a également cherché des idées pour l’embellir. CB

… Simple, efficace et très plaisant à voir. (…). On peut voir que les branches ne sont pas collées entre elles mais juste posées au sol, de même que les fleurs, un coup de vent et tout ceci s’envole. Cela rappelle le côté éphémère de la nature qu’il nous faut protéger. AP

Mareva

… original d’avoir écrit forêt avec des bouts de bois , c’est très bien réalisé, on voit vraiment qu’on est dans la forêt, dans la nature… AM

Prescillia

… on a l’impression de voyager [dans] plusieurs endroits et je pense qu’elle a voulu nous faire voyager à travers ça... AM

Gabin

… très originale et amusante car elle retourne le cerveau. TGF

Impression

  Imprimer
  L'article au format pdf

Auteur

 Philippe Chocq

Partager